Économie / Monde

Les Grecs retirent leur argent des banques

Temps de lecture : 2 min

Alors que le gouvernement tarde à trouver un terrain d’entente avec ses créanciers, les Grecs sont de plus en plus nombreux à vider leurs comptes en banque.

Une banderole sur la devanture du Parlement grec | Reuters/Yannis Behrakis
Une banderole sur la devanture du Parlement grec | Reuters/Yannis Behrakis

400 millions, c’est le montant des retraits qui ont eu lieu dans les banques du pays lundi 15 juin après l’échec des dernières négociations entre le gouvernement et la zone euro. Les deux camps doivent s’entendre sur un plan d’aide de 7,2 milliards à verser avant la fin du mois de juin, sans quoi le pays entrerait en défaut de paiement.

Selon les témoignages recueillis par le Guardian, le climat économique délétère encourage les contribuables à vider leur compte, quitte à garder leur argent chez eux. C’est le cas de Sofia, responsable d’une boutique dans un des beaux quartiers d’Athènes, qui a retiré 15.000 euros pour le placer dans un coffre-fort dans son garage.

Sous la main

D’après une chercheuse en archéologie à l’académie d’Athènes, ils seraient nombreux à ramener de l’argent à la maison et même sur leur lieu de travail, tout comme ce patron d’une petite entreprise.

«Les gens sont très inquiets. Je pense que ceux qui le pouvaient ont déjà transféré une partie de leur argent à l’étranger. Et beaucoup d’autres ont retiré quelques milliers, juste pour les avoir sous la main en cas de crise soudaine. C’est mon cas.»

Depuis octobre, les sommes d’argent déposés aux banques auraient baissé progressivement pour atteindre leur plus bas niveau depuis 2004. Sur les dernières semaines, la totalité de l’argent extrait avoisinerait les 250 millions par jour.

En revanche, pour beaucoup de Grecs, la question du retrait d’argent ne se pose même pas. Avec une crise qui dure maintenant depuis presque six ans, les économies se font rares, indique Georgios Votskaris, un jeune employé de bureau.

«Je n’ai pas vraiment la possibilité de sortir de l’argent. J’ai 33 ans, quelles économies pensez-vous que j’ai pu accumuler sur ces cinq dernières années?»

Selon les données d’Eurostat, le taux de chômage était de 25% en février 2015. Quant à celui des moins de 25 ans, il s’élevait à plus de 50% fin 2014.

Newsletters

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters