Partager cet article

Goldman Sachs demande à ses stagiaires d'arrêter de travailler après minuit

Les stagiaires de Goldman Sachs ont, comme Cendrillon, la permission de minuit, pas plus... | Joe Haupt via Flickr CC License by

Les stagiaires de Goldman Sachs ont, comme Cendrillon, la permission de minuit, pas plus... | Joe Haupt via Flickr CC License by

Depuis le décès d’un stagiaire de la City en 2013 pour cause de fatigue extrême, la consigne des banques à l’intention des stagiaires est de ne pas passer la nuit au bureau.

Dans le milieu de la finance, le dévouement et l'ambition des stagiaires sont tels que les managers doivent préciser aux jeunes recrues qu'il est interdit de trop travailler. Reuters rapporte que la banque d'affaires Goldman Sachs vient d'ordonner à ses 2.900 stagiaires d'été de ne pas être au bureau entre minuit et 7 heures du matin. La consigne a été confirmée par un porte-parole de la banque.

En 2013, un stagiaire allemand à Bank of America était mort chez lui après avoir travaillé 72 heures sans dormir. L'enquête avait conclu qu'il était décédé suite à une crise d'épilepsie, mais le médecin légiste avait expliqué que cette crise fatale pouvait avoir été déclenchée par le manque de sommeil. Dans les banques d'affaires, il est courant pour les stagiaires de travailler treize à quatore heures par jour, et de ne parfois rentrer chez eux que pour se doucher.

«Dormir sous son bureau»

À la suite de cet incident, plusieurs banques avaient réagi en réduisant la charge de travail des stagiaires et en les encourageant à ne pas passer la nuit au bureau. Goldman Sachs avait notamment demandé à ses jeunes banquiers de ne pas travailler le samedi et avait formé un comité pour améliorer la qualité de vie de leurs employés, selon le Wall Street Journal. Bank of America avait fait circuler un mémo recommandant de prendre au moins quatre jours de weekend par mois. Et en 2014, J.P. Morgan Chase avait lancé un programme pilote de «week-end protégé», soit un week-end par mois sans emails et sans téléphone.

Mais la culture n'a pas beaucoup changé. Il y a quelques semaines, un jeune banquier chez Barclays avait envoyé un email pour accueillir les nouveaux stagiaires et leur donner dix conseils, dont celui-ci:

«Je vous recommande d'apporter un oreiller (ou un tapis de yoga). C'est plus confortable pour dormir sous son bureau.»

Si les banques tentent malgré tout de réduire le stress et la quantité de travail pour protéger la santé des jeunes banquiers, ces efforts correspondent aussi à la nécessité d'être attractifs par rapport à la Silicon Valley. En effet, de plus en plus d'étudiants des universités prestigieuses préfèrent maintenant faire des stages chez Google ou Facebook, qui bénéficient d'une meilleure image que la finance, et où l'atmosphère est un peu plus décontractée qu'à Wall Street.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte