Monde

Le Pape demande aux pharmaciens italiens l'objection de conscience contre la pilule abortive

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2009 à 10 h 33

«Ne vendez pas de médicaments contre la vie»: c'est l'appel que Benoit XVI a lancé dimanche 14 septembre aux pharmaciens catholiques, réunis pour leur congrès mondial en Pologne. Cet appel, rapporte La Stampa, intervient après l'autorisation au mois de juillet en Italie de la pilule abortive RU486, qui devrait être bientôt lancée sur le marché. «Le pharmacien ne peut pas renoncer aux exigences de sa conscience au nom des lois du marché, ni au nom de certaines léglislations complaisantes» a lancé le Pape, en rajoutant que la gain économique, légitime et nécessaire, doit être toujours subordonné au respect de la loi morale et de l'adhésion au magistère de l'Église. En Italie, la pilule abortive vient combler une situation extrêmement délicate puisque l'avortement, bien que légal, est fortement entravé par l'Église catholique: entre 2005 et 2007, les gynécologues qui refusaient d'effectuer l'interruption volontaire de grossesse, en faisant valoir l'objection de conscience, sont passés de 58% à 70%.

Sergio Dompé, président de l'association des producteurs de médicaments Farmindustria, a répondu que la mission des pharmaciens est d'offrir une solution aux problèmes tout en respectant le Pape, rajoutant que «nous devons mettre à disposition les solutions qui existent», y compris la pilule Ru486. L'association des pharmaciens s'est également insurgée, en rappelant qu'ils sont tenus par la loi de respecter la décision du médecin et à fournir le médicament: «pour les pharmaciens, l'objection de consciencen'est pas prévue». Le médecin et sénateur du Parti Démocratique,Ignazio Martino, a rappelé que les pharmaciens doivent obéir aux loi de l'Etat laïc.

La forte présence de l'Église catholique sur la scène politique italienne peut faire douter de ces derniers propos. En juillet dernier, quand l'Agence italienne des médicaments avait dédouané la mise en commerce de la Ru486, le Vatican annonçait l'excommunication pour ceux qui l'utiliseraient, car la prise de la pilule était un pêché mortel égal à l'avortement chirurgical. Selon les dernières chiffres, plus de 80% des Italiens se déclarent catholiques.

[Lire l'article complet sur La Stampa]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Benoit XVI. Wikimedia

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
avortementItaliePapeLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte