Partager cet article

Pourquoi voler en avion est dangereux pour la santé

Inspection d’un avion pour vérifier que les passagers ne sont pas porteurs de la grippe porcine, à l’aéroport de Shanghai, le 17 mai 2009 | Kyle Simourd via Flickr CC License by

Inspection d’un avion pour vérifier que les passagers ne sont pas porteurs de la grippe porcine, à l’aéroport de Shanghai, le 17 mai 2009 | Kyle Simourd via Flickr CC License by

Au-delà de la simple angoisse du vol, voyager en avion peut entraîner de réels problèmes de santé.

Prendre l’avion est l’un des moyens de transport les plus sûrs au monde. Et pourtant, rares sont les personnes à ne pas ressentir une légère panique au moment d’embarquer dans l’appareil. Quitte à alimenter votre angoisse préexistante, le site Thrillist a décidé de lister près d’une dizaine de risques sanitaires sérieux quand on fait un voyage en avion.

À commencer par les maladies, et la grippe en particulier. Le Journal of Environmental Health Research expliquait en 2004 que les risques d’attraper la grippe étaient 100 fois plus élevés à bord d’un avion. «Regardez jusqu’où les éternuements se répandent dans un avion, c’est dégoûtant», explique Thrillist, en rappelant que la proximité entre les voyageurs joue énormément. De manière générale, n’importe quelle infection virale peut s’attraper plus facilement en avion. Même principe pour les bactéries, bien plus nombreuses lors d'une vol, que ce soit aux toilettes ou sur votre tablette.

Pieds gonflés et surdité

Dans la liste de Thrillist, on apprend aussi que le chamboulement répété du cycle du sommeil et du rythme du corps (qu’on appelle rythme circadien) peut entraîner des problème de concentration, de mauvaise humeur, de mémoire et parfois même des tendances à l’isolement.

110 dB

Le bruit maximal à bord d’un avion

La surdité est aussi un risque à prendre en compte. Le site rappelle que le bruit d’un vol peut varier de 85 à 110 décibels, ce qui n’est pas sans risque quand il nous accompagne pendant l’intégralité du voyage, la limite supportable étant de 88 décibels pour quatre heures de voyage et 85 pour huit heures.

L’air pressurisé des cabines peut également provoquer un gonflement des pieds par accumulation du sang. Et c’est encore pire si vous n’êtes pas en première classe et ne pouvez étendre vos jambes: Thrillist mentionne ainsi le «syndrome de la classe économique», qui concerne des personnes souffrant du confinement de cette partie de l’appareil. Il existe en effet un risque de «thrombose veineuse», estime le CHU de Rouen, dû à la stagnation du sang, qui peut provoquer la formation d’un caillot. Et comme ce caillot peut migrer vers les poumons, il y a un risque d’embolie pulmonaire; le CHU rappelle donc qu’il est important de s’hydrater, de faire quelques pas dans l’avion pendant le vol, voire des flexions et extensions.

Il y a ensuite des problèmes plus étonnants, mais tout aussi sérieux, comme l’humidité à bord de l’avion (moins de 20% selon l’OMS), plus faible que dans le désert du Sahara (23%) ou dans les foyers (30%). Ou encore les rayons cosmiques, chargés en électricité et auxquels vous êtes exposés quand vous voyagez près du Pôle Nord. «C’est une des raisons pour lesquelles le taux de cancer chez le personnel des compagnies est légèrement supérieur à la population générale», conclut le site. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte