La Russie prête 2 milliards à Chavez pour l'armement

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2009 à 10 h 01

Image de une: Hugo Chavez, Flickr, CC

Image de une: Hugo Chavez, Flickr, CC

Le président vénézuélien Hugo Chavez a affirmé lors de son intervention télévisée hebdomadaire que la Russie a prêté plus de deux milliards de dollars à son pays pour l'achat d'armement. Le prêt sera utilisé pour acheter près de 100 chars de guerre et des systèmes de missiles sol-air russes, rapporte la BBC.

L'accord intervient dans un climat de tension entre le Venezuela et la Colombie, qui a récemment accepté d'autoriser les Etats-Unis à accéder à plusieurs de ses installations militaires. «Le gouvernement russe a validé la somme de 2,2 milliards de dollars pour financer les armes» a déclaré Chavez dans l'émission «Alo Presidente».

Le leader socialiste a suggéré que cet accord intervenait suite à la décision du gouvernement colombien, et qu'il rendrait le Venezuela difficile à attaquer. «Avec ces rockets, il sera très difficile pour eux de venir nous bombarder, a-t-il affirmé. [...] Nous avons les plus grandes réserves de pétrole au monde. L'empire [terme qu'il utilise régulièrement pour parler des Etats-Unis] les convoite.»

Au cours de dernières années, le Venezuela a signé pour plus de 4 milliards de dollars de contrats d'armement avec la Russie, dont 24 avions Soukhoï, de nombreux hélicoptères de combat et 100.000 Kalachnikovs. Les deux pays ont mené des exercices communs dans les Caraïbes, non loin des eaux territoriales américaines.

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Hugo Chavez, Flickr, CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
arméearmementarmesBBCColombie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte