Santé / Sciences

Appartenir à des groupes est bon pour la confiance en soi

Temps de lecture : 2 min

L’estime de soi est aussi le résultat de différentes interactions sociales.

Un centre communautaire («Community Center») aux États-Unis | Billy Brown via Flickr CC License by

Pour se sentir bien dans sa peau, quoi de plus important que d’avoir des amis, pensiez-vous. Certes, les relations amicales sont importantes pour avoir confiance en soi, mais pas aussi importantes que le fait d’appartenir à plusieurs groupes, démontre une étude du Canadian Institute for Advanced Research (Cifar) publiée dans la revue Plos One.

Les chercheurs ont comparé des personnes ayant beaucoup d’amis à des personnes ayant de multiples appartenances à des groupes (et qui pouvaient par ailleurs avoir ou pas de nombreux amis), et voici ce qu’ils ont trouvé: avoir un large réseau amical ne va pas toujours de pair avec une grande confiance en soi, tandis qu’avoir de multiples appartenance à des groupes y est corrélé, à condition que ces groupes soient véritablement importants pour la personne et contribuent à son identité sociale.

Envisager la confiance en soi autrement

«C’est une recherche prometteuse et qui suggère que le fait d’encourager les gens à s’inscrire dans des groupes pourrait être un bon moyen pour faire en sorte qu’ils se sentent mieux», explique dans un communiqué du Cifar Jolanda Jetten, chercheuse de l’Université de Queensland, en Australie, qui a dirigé l'étude.

Ces résultats permettent aussi d’envisager la confiance en soi autrement, comme quelque chose qui ne vient pas uniquement de l’intérieur de soi, contrairement à une idée répandue, soulignent les auteurs. Mais qui serait plutôt le résultat de différentes interactions sociales.

Slate.fr

Newsletters

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

L'histoire de la tuberculose est à ce titre instructive.

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Spoiler: cela n'a pas fonctionné.

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Il ne toucherait que la génération internet à l'exclusion des autres. Or, c'est bien parce que tout le monde est concerné que le burn-out mérite une réponse collective.

Newsletters