Monde

Hillary Clinton, la grand-mère du peuple

Temps de lecture : 2 min

La candidate à l'investiture du Parti démocrate aborde son âge de manière décomplexée dans sa campagne et en fait même un atout.

Hillary Clinton à Hampton (New Hampshire), le 14 avril 2007 | Marc Nozell via Flickr CC License by

Staline voulait être le petit père des peuples, Hillary Clinton ambitionne d’en devenir la grand-mère en 2016. C’est en tout cas ce qu’explique Gail Sheehy dans Politico. La journaliste revient sur les métamorphoses successives de l’actuelle favorite pour la candidature Démocrate à la prochaine élection présidentielle aux États-Unis.

Aux yeux des Américains, elle a successivement joué le rôle de la bonne épouse, aux prises avec les médias et l’opinion publique à cause des affaires extraconjugales de son mari dans les années 1990, une bureaucrate impitoyable, une femme politique jouant sa carte personnelle sur le tard, ainsi qu’une conférencière à succès enchaînant les rendez-vous lucratifs. Mais la candidate fait appel à un autre registre: celui de la grand-parentalité car, l’auteure en est sûre, Hillary Clinton veut être «la grand-mère en chef de l’Amérique». Plus que présidente? L’article ne le dit pas.

Décomplexée

Ce qui est sûr c’est que l’ex-secrétaire d’État de Barack Obama est à présent complètement décomplexée sur le sujet de l’âge (elle a 67 ans) et du fait de mener une carrière politique en étant une femme. L’article cite ainsi cette phrase emblématique de la candidate à l’investiture:

«Quand vous vous retrouvez sous les projecteurs en tant que femme, vous vous inquiétez en vous disant: Okay, bon, les gens là-bas aiment bien ce que je porte, ce à quoi je ressemble, ce que je dis. Et les gens de l’autre côté, non…” C’est derrière moi ce genre d’inquiétudes. Vraiment.»

Je ne suis peut-être pas la plus jeune personne à vouloir être élue, mais je serai la plus jeune présidente

Hillary Clinton, le 13 juin 2015

Lors du premier grand rendez-vous de sa campagne, le 13 juin sur l’île Rossevelt, à New York, Hillary Clinton a d’ailleurs abordé cette double question de son sexe et de son âge avec humour:

«Je ne suis peut-être pas la plus jeune personne à vouloir être élue, mais je serai la plus jeune présidente!»

À ce même meeting de Clinton (ou plutôt des Clinton car Bill et sa fille Chelsea ont également fait le déplacement), les propos tenus par Karen Finney, une porte-parole d’Hillary, au micro de CNN et rapportés par l’AFP confirment que la thématique familiale sera cardinale dans le discours de la candidate. Mais il ne s’agira pas seulement de se dépeindre en grand-mère:

«Vous l’entendrez beaucoup parler de sa mère, parce que l’expérience de sa mère [qui a connu une jeunesse malheureuse] a eu un gros impact sur elle depuis son plus jeune âge.»

Newsletters

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

L'association Kouraj est l'une des rares dans le pays à défendre la voix des minorités sexuelles et à lutter contre l'homophobie et la transphobie.

Après l'assassinat du général iranien, un effet papillon encore invisible

Après l'assassinat du général iranien, un effet papillon encore invisible

La nature et l'ampleur des contrecoups de la liquidation d'un individu à court terme sont imprévisibles.

Un rassemblement pro-armes fait craindre aux autorités un nouveau Charlottesville

Un rassemblement pro-armes fait craindre aux autorités un nouveau Charlottesville

Plusieurs milliers de personnes sont attendues à Richmond, en Virginie, l’ancienne capitale de la Confédération.

Newsletters