Santé

Divorcer n’est pas mauvais pour la santé (tant qu’on se remet en couple après)

Temps de lecture : 2 min

Un cœur brisé n’est pas forcément synonyme de maladies cardiovasculaires.

Cœur pansé | Nicolas Raymond via Flickr CC License by
Cœur pansé | Nicolas Raymond via Flickr CC License by

On savait qu’être en couple était synonyme d’être en meilleure santé; on sait maintenant que la séparation ou le divorce ne vient pas détériorer l’état de santé sur le long terme. C’est ce qu’une étude publiée dans l’American Journal of Public Health révèle. Petite précision toutefois de l’auteur principal, le docteur George Ploubidis:

«Tant que ceux qui vivent une séparation ou un divorce démarrent une nouvelle relation, leur santé n’en souffre pas sur le long terme.»

En effet, dans l’étude, seules les personnes qui ont divorcé et se sont remariées n’ont pas plus de risques d’avoir des problèmes respiratoires ou cardiaques que leurs homologues qui sont restés mariés.

Comportements

Sur l’échantillon étudié (d’environ 10.000 personnes nées en 1958), les hommes et les femmes qui n’étaient jamais allés devant l’autel et n’avaient jamais sauté le pas de la cohabitation avaient la santé la plus déplorable (risque de problèmes respiratoires, cardiovasculaires, diabète). L’explication est basique:

«Un partenaire peut influencer positivement vos comportements de santé, en vous encourageant à faire davantage d’exercice.»

Autre cause possible, encore plus terre à terre: sachant que la pauvreté n’est pas sans effets sur la santé, deux salaires valent mieux qu’un.

Mais il ne faudrait pas oublier la qualité de la relation conjugale, fait remarquer Ruth Sutherland, la directrice générale de l’ONG Relate, citée par le Guardian:

«Ceux qui ne sont pas heureux dans leur couple ont plus de risques d’être en mauvaise santé que les divorcés»

Newsletters

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Les nouvelles restrictions risquent de ne pas réduire massivement la circulation du Covid-19. D'ici quatre à six semaines, le président devra décider de les maintenir ou d'y renoncer.

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

À ce jour, la seule maladie totalement éradiquée dans le monde est la variole.

Il faut parler des règles surabondantes

Il faut parler des règles surabondantes

Sujet tabou, les règles hémorragiques touchent 20 à 30% des femmes, affectant leur qualité de vie et leur santé. Pourtant, des traitements existent.

Newsletters