Partager cet article

La vogue des restaurants à vins dans Paris

Tour de dégustation Lavinia

Tour de dégustation Lavinia

Vous êtes en quête d’adresses où de bons plats voisinent avec des crus d’excellente origine, le tout à des prix décents? Voici une sélection digne d’intérêt.

Il y a les bars à vins où les verres s’accompagnent d’assiettes de charcuteries et de fromages, comme à l’Écluse, et de vraies adresses gourmandes où des plats de cuisine bourgeoise voisinent avec des crus d’excellente origine, des cuvées d’auteur à des prix décents. Voici une sélection digne d’intérêt.

1.LaviniaCaverne d’Ali Baba de la dive bouteille

Au premier étage de cette très belle boutique de vins se trouve le restaurant logé au milieu des caisses et des flacons vendus à table au prix magasin, une aubaine pour les œnophiles passionnés. La courte carte du chef Charly Hoang propose des produits sélectionnés auprès de fournisseurs de qualité: les asperges de Sylvain Evreart à Senas (15 euros), les sardines de la Gondola (12 euros), le jambon ibérique de Sergio Alba, pain à la tomate et ail (14 euros), le hamburger de Galice garni de pimientos et de jambon Serrano (24 euros), la côte de bœuf de Salers pour deux escortée de pommes purée ou de pois gourmands au beurre (72 euros), le poisson du jour, le Saint-Pierre l’autre midi, servi entier et cuit au four (29 euros), la tranche de thon agrémentée de concassée de tomates et panisse (24 euros), le Saint-Marcellin de la Mère Richard (10 euros) et le fromage Banon Feuille de Philippe Aléosse (14 euros), le pain de Poujauran, grand boulanger, tout comme le pain perdu (10 euros). L’assiette de charcuteries est à 17 euros.

Comptoir Lavinia | Dominique Constantin

À chaque plat son vin, un verre de 6 ou de 12 centilitres: les Mûres Saint-Joseph de Michel Chapoutier (5,50 euros), le Bourgueil rosé 2012 de Catherine et Pierre Breton (5 euros), le 3e vin du Château Margaux 2009, grande année (20 euros les 12 centilitres).

La balade dans les rayons de cette caverne d’Ali Baba de la dive bouteille est une heureuse conclusion à un déjeuner animé. Souvent complet. Admirable rayon d’eaux-de-vie.

3, boulevard de la Madeleine 75001 Paris.

Tél.: 01 42 97 20 20.

Jusqu’à 21 heures.

Le site

2.LegrandLe temple des vins d’art

Le fameux Comptoir de Dégustation, inventé par Lucien Legrand Père, Filles et Fils, se double d’une remarquable boutique de caviste et d’une table canaille, bien supérieure à un bistrot de quartier. Gérard Sibourd-Baudry, le maître de maison, un fin palais, a inscrit à la carte des incontournables comme l’assiette de charcuteries, le saucisson de la Maison Conquet, la terrine et les rillettes au Vouvray de chez Hardouin et le comté fruité de Marie Quatrehomme (18,50 euros), le jambon noir de Bigorre, la ventrèche roulée et la terrine de porc noir (18,50 euros), la viande Cécina de Castille salée et fumée, parsemée de parmesan, salade à l’huile d’olive (20 euros). Le foie de canard est mi-cuit à la figue (19 euros) et le saumon écossais fumé de Guy Denis (25 euros).

Caves Legrand Filles & fils

Parmi les suggestions du mois: la crème tiède de courgettes à la friture d’éperlans (12 euros), l’épaule de porc noir en Parmentier, purée de pommes de terre Agata à la noisette, amandes et mesclun (18 euros), le tartare de veau basque dans le quasi, mariné à l’huile (22 euros) et la rhubarbe et les fraises pochées dans un sirop à l’hibiscus et fraise (12 euros).

Toutes ces réjouissances sont mariées à des vins au verre: délicieux Moulin-à-Vent 2009 (12 euros), le Sancerre rouge 2013 de Vacheron, certifié en culture biodynamique, le Château Sociando-Mallet 2007, un cru bourgeois de premier ordre (16 euros) et, pour les blancs, le Saint-Joseph 2013 de François Villard parfaitement mûr (18 euros) et le champagne brut rosé de Laurent Perrier, fraîcheur, vinosité, souplesse, un vin exemplaire (20 euros).

À noter le vin jaune des Côtes du Jura 2008 (6 euros les 6 centilitres) et le Château de Fargues, le magnifique Sauternes 2004 d’Alexandre de Lur Saluces, le rival du Château d’Yquem en moins coûteux (25 euros le verre de 12 centilitres).

On le voit, Legrand, niché dans le bar à dégustation et la cour pavée de la rue adjacente, reste le temple des vins d’art: Madère Boal (7 euros), Muscat (5 euros), portos, whiskies dont le Nikka japonais (9,50 euros), les rhums et les eaux-de-vie dont la Chartreuse verte aux 130 plantes, incomparable de finesse (17 euros). Carte des cafés et des thés. L’École du Vin tous les lundis de 20 h à 22 h (60 euros). Oui, un «must» absolu pour tout connaisseur qui veut en savoir plus et déguster mieux.

1, rue de la Banque 75002 Paris.

Tél.: 01 42 60 07 12.

Jusqu’à 19 h 30 ou 20 h 30 le samedi. Fermé dimanche.

Le site

3.Le Petit VerdotNez et palais hors pair

Cette petite boîte, comme disait Curnonsky, est tenue par Hide Ishizuka, un quadra japonais vif et cultivé qui s’est pénétré des secrets de la bonne cuisine chez Hiramatsu, l’un des meilleurs restaurants de tradition française du XVIe arrondissement, étoilé au Michelin. C’est là, en voyant et en goûtant le beurre blanc, les feuilletés de fruits de mer et le lièvre à la royale qu’Hide a conçu son restaurant à lui et repéré les vins français qu’il avait eu la chance de servir au Château Cordeillan-Bages à Pauillac. Le Japonais s’est forgé en dix ans un nez et un palais hors pair, d’abord pour les crus classés de Bordeaux et les Bourgogne bien nés.

Ces jours-ci, le maquereau mariné et mi-cuit au sésame, l’agneau de lait rôti aux girolles, le carpaccio de thon en sashimi, la pêche compotée à la liqueur de cerises sont au menu à 29 ou 35 euros, accompagnés par le champagne Bérèche (12 euros), le Château Villa Bel-Air Graves blanc (7 euros) et le Chorey-lès-Beaune de Tollot-Beau (10 euros). Plus de 300 références à la carte, une prouesse pour une table aussi exigüe. Réservation nécessaire.

75, rue du Cherche-Midi 75006 Paris.

Tél. : 01 42 22 38 77.

Fermé samedi et dimanche.

Le site

4.Le Petit SommelierGénie du vin partagé

Le Petit Sommelier

En face de la gare Montparnasse, Pierre Vila Palleja, ancien sommelier du Ritz et d’Alain Ducasse, a repris la brasserie de ses parents en orientant l’établissement à terrasse sur la qualité des produits de base: viandes de Metzger, bars de ligne, et vins de noble origine. La Revue du Vin de France a classé la maison en tête des meilleurs restaurants à vins de Paris, ce qui est mérité.

À côté des huîtres gratinées de Prat-Ar-Coum (15,80 euros), du croustillant de boudin noir de Christian Parra (10,90 euros), du pluma ibérique à la plancha, polenta aux olives (18,50 euros), du curry de poulet à l’ancienne (11 euros), de la côte de veau fermier aux pois gourmands (29 euros), de l’entrecôte d’Argentine de 300 grammes, frites et sauce béarnaise (24 euros), on découvre des bouteilles de classe: le Pernand-Vergelesses 2010 1er cru (14 euros), le délicieux Brouilly 2012 Vieilles Vignes (5,50 euros), le Bandol 2010 du Château Pradeaux (7 euros), le Vouvray sec 2012 de Philippe Foreau, grand vigneron (6,50 euros), le classique Montrachet blanc 2012 de Lamy (12 euros) et le Xérès Solera 1875 (7,90 euros), une merveille d’anthologie.

Il y a là des flacons que l’on ne risque pas de dénicher dans de très grandes tables à des prix d’ami. Cela s’appelle le respect du client et la volonté de partager le génie du vin, chapeau.

49, avenue du Maine 75014 Paris.

Tél.: 01 43 20 95 66.

Menu à 33,50 euros. Carte de 35 à 50 euros.

Fermé samedi et dimanche.

Le site

5.Willi’s Wine BarVraies trouvailles

C’est l’ancêtre des bars à vins devenu une table gourmande menée par le Britannique Mark Williamson, fou des vins du Rhône, qu’il a contribué à faire aimer dans la capitale. En cela, les vignerons du sud de Lyon peuvent lui édifier une statue: Condrieu, Saint-Joseph, Cornas… La carte des plats est courte et au bar, les plats du jour s’accompagnent d’un verre de vin: linguine aux pois gourmands et basilic (16,90 euros), tartare de Charolais, salade de pommes de terre, cochon rôti à la sauge au même prix, agrémentés de Crozes-Hermitage blanc (6 euros), de Mondeuse de Savoie (7 euros), et d’un très bon Volnay 2011 (11 euros), en plus de la Manzanilla de Barbadillo (38 euros la bouteille). De vraies trouvailles dans les vignobles préférés de Sir Mark à l’accent inimitable.

13, rue des Petits Champs 75001 Paris.

Tél.: 01 42 61 05 09.

Fermé samedi et dimanche.

Le site

6.Les CanaillesTitille les papilles

Deux anciens du Crillon et de chez l’étoilé Dominique Bouchet à Paris (75008) ont créé ce bistrot de quartier qui affiche complet aux deux repas. Enfants du Morbihan, Sébastien Guillo, le chef, et Yann Le Pevedic au service offrent des plats canailles, bien tournés: la langue de bœuf sauce gribiche, le dos de cabillaud sauce vierge à la compotée de fenouil (19 euros), la tête de cochon sauce tartare et légumes (19 euros), la pintade fermière à la mousseline de patates (19 euros), l’onglet à l’échalote pommes dauphine (19 euros) et le vacherin vanille framboise (9 euros).

Salle du restaurant Les Canailles

Des vins en partie sélectionnés par Marc Sibard des caves Augé, il faut retenir le Cornas La Clape (28 euros), le Touraine rouge des Corbillières (29 euros), le Bourgogne rouge de Maréchal (39 euros). Au verre, le Sancerre blanc 2013 de Prieur (6,50 euros), le Viré-Clessé 2011 de Gondard-Perrin (6 euros): que des affaires et une ardoise changeante qui titille les papilles. Réserver en avance.

25, rue la Bruyère 75009 Paris.

Tél.: 01 48 74 10 48.

Fermé samedi et dimanche.

Le site

7.Bourgone SudNourritures et crus de vérité

Toute la tradition culinaire et ancestrale de la région chère aux ducs de Bourgogne, aux prélats et aux bourgeois de Beaune et de Dijon: le jambon persillé à l’aligoté, le poulet de Bresse au vin jaune, le paleron de bœuf en bourguignon au Juliénas, la quenelle de brochet à la cuillère, l’andouillette de Bobosse sauce moutarde. Un palmarès gourmand de la région.

Tout cela est servi avec générosité et entrain par Gilles Breuil, un enfant du pays. On boit les crus qui vont avec ces nourritures de vérité: le Moulin à vent 2009 de Matray (29 euros), le Givry 2009 de Ragot (34 euros) et le Mercurey de Faiveley (29 euros). On termine par la poire au vin de Juliénas aux épices. Prix humains.

14, rue de Clichy 75009 Paris.

Tél.: 01 48 74 51 27.

Déjeuner à 16,90 euros et 19,90 euros au dîner. Carte de 35 à 47 euros.

Fermé samedi midi et dimanche.

Le site

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte