Partager cet article

La démission du patron de Twitter témoigne de la fragilité du réseau social

Dick Costolo, futur ex-PDG de Twitter, lors de l'introduction en Bourse du site, le 7 novembre 2013 | REUTERS/Lucas Jackson.

Dick Costolo, futur ex-PDG de Twitter, lors de l'introduction en Bourse du site, le 7 novembre 2013 | REUTERS/Lucas Jackson.

Sous la pression des investisseurs, Dick Costolo a laissé sa place dans un climat tendu pour Twitter.

Après cinq ans passés à la tête de Twitter, Dick Costolo va laisser son siège le 1er juillet prochain à Jack Dorsey, le cofondateur du site, qui sera PDG par intérim. Dick Costolo laisse derrière lui une entreprises prometteuse, mais ayant toujours du mal à percer.

Depuis plusieurs mois déjà, des investisseurs lui reprochaient de ne pas avoir réussi à convaincre Wall Street et donc à garantir une croissance correcte, ni même à fidéliser les utilisateurs. En 2012, Twitter gagnait 50% d’utilisateurs en plus, contre seulement 18% en 2014, comme le rappelle le site Vox.com.

Et, malgré ses 1,4 milliard de dollars de recettes, Twitter a tout de même perdu 578 millions de dollars. «Twitter a perdu 162 millions de dollars dans le premier trimestre de 2015, une perte plus élevée que celle dont a souffert la compagnie l’année dernière.» Slate.com note également que Twitter a perdu 20% de sa valeur depuis son introduction en bourse. Des résultats qui placent l’entreprise bien loin derrière Facebook, qui cumule plus de 1,4 milliard d’utilisateurs, des profits dix fois plus élevés, et un marché publicitaire bien plus performant.

Chronologie

Autre gros problème selon Vox.com, c’est que Twitter propose un fil de tweets classés de manière chronologique. «Si vous êtes un journaliste en train de suivre un breaking news, par exemple, Twitter est de loin la meilleure source d’information. Et pour les gens assis devant leur ordinateur toute la journée, Twitter est un très bon moyen de rester au courant des dernières conversations.» Mais pour les personnes n’allant qu’occasionnellement sur le réseau social, Twitter n’est pas aussi utile puisqu’il ne propose pas, comme Facebook, les publications les plus importantes. Le premier sert d’abord à suivre des personnalités et des journalistes, et le second à garder contact avec sa famille et ses amis.

Garder contact avec ses amis et sa famille

«Cette différence a de grosses conséquences sur le business, parce que le nombre de personnes souhaitant rester en contact avec ses amis et sa famille est beaucoup plus grand que le nombre de personne qui veulent suivre les événements en cours.»

Banalisation

Si l’on ajoute à cela la mauvaise réputation de Twitter auprès des développeurs externes, qui lui reprochent d’avoir fermé son interface de programmation, qui permettait de créer des applications tierces, l’entreprise américaine fait désormais face à de nombreux défis si elle veut peser dans le monde des réseaux sociaux.

C’est peut-être pour se banaliser et ressembler aux autres réseaux sociaux que Twitter a décidé d’ouvrir ses messages privés (DM) en supprimant la limite de 140 caractères (vous pouvez désormais rentrer 10.000 signes par envoi). Wired explique que ce changement pourrait signaler une transformation plus globale de Twitter, dans l’optique de garder ses utilisateurs et d’en attirer de nouveaux, comme nous vous l'expliquions il y a quelques semaines. Car, avant, le DM servait principalement à effectuer des prises de contact avant de continuer la discussion par mail, Facebook ou WatsApp. «La messagerie est devenu un élément essentiel du web social, si ce n’est le seul», affirme Wired, qui conclut en disant que Twitter est en train de s’armer pour assurer sa survie dans le monde impitoyable de la tech.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte