Santé / Sciences

La consommation de cerveaux a rendu une tribu résistante à des maladies dégénératives

Temps de lecture : 2 min

Manger la cervelle des morts augmente le risque de développer une maladie dégénérative du cerveau. Mais quelques générations plus tard une mutation génétique permet de changer la donne.

Plus de cerveaux s’il vous plaît | abbamouse via Flickr CC License by

Avant que la pratique ne soit bannie dans les années 1950, des générations de femmes et d'enfants de la tribu des Fore en Papouasie-Nouvelle-Guinée mangeaient la cervelle des morts avant leur enterrement (les hommes mangeaient le reste). Cette tradition avait fait fortement augmenter le nombre d'individus atteints d'une terrible maladie dégénérative du cerveau appelée kuru.

Selon le Washington Post, une nouvelle étude de cette population montre que, parmi les descendants de ces consommateurs de cerveaux humains, beaucoup ont développé une mutation génétique jamais rencontrée jusqu'ici qui les protège de plusieurs maladies à prion (dont la maladie de Creutzfeldt-Jakob et certaines formes de démence).

Mutation génétique

Dans la revue Nature, le neurologue John Collinge et ses collègues, qui ont recréé ces mutations génétiques chez des souris, expliquent que les rongeurs qui ont été modifiés pour ne produire que la variation de la protéine trouvée chez les Fore de Papouasie sont devenus résistants à toutes les maladies à prion testées.

Interviewé par Reuters, Collinge a expliqué qu'il s'agissait d'un «exemple saisissant d'évolution darwinienne chez les humains, où l'épidémie de maladie à prion a sélectionné un changement génétique pour protéger contre cette dégénérescence fatale».

Michael Alpers, un des co-auteurs de l'étude, avait trouvé il y a plusieurs années d'autres personnes porteuse de mutations similaires, quoique moins protectrices, notamment en Europe et au Japon, ce qui indique un passé cannibal et des épidémies de kuru à un moment de l'évolution humaine.

Selon les auteurs de l'étude, cette trouvaille pourrait permettre de mieux comprendre d'autres maladies dégénératives, dont Alzheimer et Parkinson, dont certains fonctionnements moléculaires ressemblent à ceux des maladies à prion.

Slate.fr

Newsletters

Travailler un seul jour par semaine diminuerait le risque de problèmes de santé mentale

Travailler un seul jour par semaine diminuerait le risque de problèmes de santé mentale

Une limite de huit heures de travail hebdomadaire serait requise pour jouir d'un bien-être psychique.

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Envoyer des messages et des photos sexuellement explicites affecterait également la santé mentale des jeunes.

«J'en arrive à redouter l'acte sexuel»

«J'en arrive à redouter l'acte sexuel»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Estelle, très frustrée par sa vie sexuelle avec son conjoint.

Newsletters