Économie

Le patron de Cartier inquiet de la montée des inégalités

Temps de lecture : 2 min

Le milliardaire sud-africain estime entre autres que les clients du luxe seraient des cibles potentielles pour les pauvres, ce qui mettrait à mal ses affaires.

timer - Sony A7R | Luke ma via Flickr CC License by
timer - Sony A7R | Luke ma via Flickr CC License by

Johann Rupert, le patron du joaillier français Cartier (ou plus précisément de Richemont, le groupe qui détient Cartier), s’inquiète de la montée des inégalités. À tel point qu’il n’en dort plus. «Cela m’empêche de trouver le sommeil», a-t-il déclaré pendant une conférence organisée par le Financial Times à Monaco.

«Comment la société va-t-elle faire face au chômage structurel et à la jalousie, la haine et à la guerre sociale?» s’est-il inquiété, affirmant avoir pris conscience du phénomène après avoir lu des analyses sur les robots, qui seraient amenés à remplacer de plus en plus de métiers.

«Ce n’est ni juste ni durable»

Le milliardaire sud-africain était visiblement embêté pour ses propres affaires. «Les gens riches ne vont plus vouloir se montrer», a-t-il ajouté, estimant que les clients du luxe seraient des cibles potentielles pour les pauvres.

Mais pas seulement. Johann Rupert semblait aussi visiblement très ennuyé par le manque de justice sociale. «Nous ne pouvons pas avoir 0,1% des 0,1% des gens les plus riches qui ramassent tous les bénéfices. Et ce sont nos clients. Mais ce n’est ni juste ni durable», a-t-il martelé devant l’audience.

Slate.fr

Newsletters

La croissance économique n'augmente pas forcément le bien-être

La croissance économique n'augmente pas forcément le bien-être

Un rapport statistique montre qu'il existe des divergences entre les pays étudiés.

Votre portefeuille peut continuer à préférer le train

Votre portefeuille peut continuer à préférer le train

Nous avons comparé: pour une même période, l'avion reste plus onéreux que le train. Il pollue surtout cinquante fois plus.

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les stars du ballon rond et les grands patrons gagnent presque les même salaires. Il est pourtant mieux vu de toucher 100 millions d'euros par an quand on est footballeur que quand on est PDG.

Newsletters