Partager cet article

Pièce commémorative de Waterloo: comment la Belgique a contourné le veto français

REUTERS/François Lenoir.

REUTERS/François Lenoir.

A l’occasion des 200 ans de la bataille de Waterloo, la Belgique avait décidé de créer une pièce commémorative d’une valeur de 2 euros. Elle a donc fait frapper 180.000 pièces en laiton, qui auraient eu cours dans tous les pays qui ont l'euro pour monnaie. Mais la France, peu désireuse de commémorer une défaite (elle «snoberait la commémoration de la bataille», écrit le Telegraph), a refusé.

La Belgique a donc du réfléchir à un autre moyen de commémorer cette bataille au travers d'une pièce. La solution? Créer une pièce, non pas commémorative, mais de collection. Elle a donc fait frapper 110.000 pièces, en laiton (d'une valeur de 2,50 euros) et en argent (d’une valeur de 10 euros). Elles sont respectivement vendues 6 et 42 euros. 

Une communication publiée au Journal officiel de l'Union européenne permet de mieux comprendre la différence entre pièce commémorative et pièce de collection, qui a permis à la Belgique de contourner le veto français:

«Les pièces de collection en euros ne sont pas censées circuler et doivent être facilement discernables des pièces destinées à la circulation.[...] La valeur faciale de ces pièces doit être différente de celles des pièces destinées à la circulation. [...] En ce qui concerne la couleur, le diamètre et le poids, elles devraient se distinguer clairement des pièces destinées à la circulation sur au moins deux de ces trois aspects. Il a en outre été décidé que le cours légal de ces pièces serait limité au pays d'émission.»

En clair, la Belgique ne pouvait pas librement frapper une pièce de 2 euros commémorant la bataille de Waterloo et qui aurait eu cours dans toute l'Europe. En revanche, elle peut frapper librement des pièces de 2,50 euros et de 10 euros (valeurs qui ne sont pas comprise dans l'éventail des valeurs habituelles, de 1 centime à 2 euros) qui n'auront cours qu'en Belgique.

La France a ainsi récemment frappé des pièces en argent à l'effigie d'Astérix. qui n'ont cours que dans l'Hexagone, à la différence de la pièce commémorative des 70 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans le passé, des pièces représentant chaque région de France ont également été frappées. Si elles ne sont généralement pas destinées à circuler et suscitent la méfiance des commerçants, ceux-ci sont normalement tenus de les accepter. Mais cela présente un intérêt nul pour les acheteurs, puisque leur valeur d'échange est inférieure à leur valeur d'achat...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte