Partager cet article

De plus en plus d'entreprises suppriment les répondeurs de leurs employés

Vous avez un message | Salim Fadhley via Flickr CC License by

Vous avez un message | Salim Fadhley via Flickr CC License by

Les managers des grandes comme des petites entreprises considèrent qu'écouter de longs messages sur répondeur est une perte de temps.

La première semaine de juin, la banque américaine JP Morgan Chase a annoncé que des milliers de ses employés n'auraient plus de répondeur téléphonique. En janvier, la direction avait donné aux employés le choix de se débarasser de leur messagerie vocale et les deux tiers ont décidé de s'en séparer, rapporte la radio NPR.

Étant donné que le service coûtait 10 dollars par mois par personne, la banque prévoit d'économiser environ 3,2 millions de dollars par an. En décembre dernier, Coca Cola avait pris une décision similaire et seulement 6% des employés avaient choisi de garder leur messagerie. Alors qu'il est si simple d'envoyer des textos et des emails, les managers considèrent qu'écouter des messages longs (et parfois incompréhensibles) sur répondeur est une perte de temps.

Multitasking

Les petites entreprises s'y mettent aussi: NPR a parlé à une société anglaise de communications avec huit employés. Le directeur explique, que depuis qu'ils travaillent sans messagerie, les employés répondent plus vite aux clients. En effet, ils peuvent facilement envoyer des SMS ou emails sur leur smartphone pendant une réunion, mais pas écouter un message et rappeler quelqu'un. Contrairement aux conversations téléphoniques, les SMS favorisent le «multitasking».

Selon une étude de l'opérateur de téléphonie Vonage, le nombre de personnes qui se connectent pour écouter les messages vocaux a chuté de 14% en 2012. C'est particulièrement le cas des 18-35 ans, dont certains admettent ignorer complètement leurs messages de répondeur. Ils ne les effacent pas, leur boîte vocale devient pleine et le but final est atteint: impossible de leur laisser un message. Ils sont aussi très mal à l'aise lorsqu'ils sont obligés d'en laisser un et évitent autant que possible d'avoir à parler «après le signal sonore».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte