Partager cet article

Un programme informatique résout un problème de biologie vieux de 120 ans

Source: Plos One.

Source: Plos One.

Deux chercheurs ont programmé un ordinateur pour inventer des hypothèses scientifiques, avec succès.

Sans les ordinateurs et l’augmentation régulière de leurs capacités de calculs, des découvertes scientifiques comme le décodage de l’ensemble du génome n’auraient jamais été possibles. Le site Popular Mechanics imagine même un monde dans lequel ces assistants de laboratoire de luxe vont finir par prendre leur autonomie pour mener eux-mêmes des expériences, élaborer des hypothèses et proposer des idées nouvelles.

Ce futur n’est peut-être pas si lointain puisque c’est déjà arrivé. Deux biologistes expliquent dans un article publié en ligne sur la revue PLOS One comment ils ont programmé un ordinateur pour qu’il se penche sur un problème sur lequel les scientifiques achoppent depuis plus d’un siècle: comment le ver de terre fait pour régénérer des cellules et former de nouveaux organismes quand on le découpe en petits morceaux.

Prouesse

La tâche de l’ordinateur a consisté à utiliser les données de plusieurs centaines d’études réalisées sur le sujet pour lancer des simulations au hasard et les faire évoluer par tâtonnement jusqu’à obtenir un résultat conforme à ces expériences. Cela n’a pris que trois jours.

Et les deux auteurs insistent bien sur le fait que leur programme ne s’est pas contenté d’empiler les calculs mais s’est montré créatif en présentant un modèle crédible du fonctionnement du ver de terre. En revanche, les auteurs expliquent que cette prouesse a demandé des années de travail de programmation en amont, et il a même fallu mettre au point un langage informatique pour décrire les données brutes qui ont servi de support au programme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte