Partager cet article

Tarifs de l'électricité: les consommateurs vont-ils payer le redressement d'Areva?

La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly. REUTERS/Christian Hartmann.

La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly. REUTERS/Christian Hartmann.

L'amalgame est inévitable entre les hausses réclamées par le patron d’EDF en vue d'un rattrapage tarifaire et le sauvetage d’Areva, pour lequel EDF est sollicité.

Jean-Bernard Lévy, président d’EDF, aura-t-il la main moins lourde que ses prédécesseurs dans ses prétentions de relèvement tarifaire? Alors que, en 2009, Pierre Gadonneix réclamait à l’Etat une hausse de 20% sur trois ou quatre ans et que Henri Proglio, en 2013, estimait qu’une remise à niveau de 5% chaque année sur trois ans était nécessaire, l’actuel patron du groupe d’électricité s’en tiendrait à une augmentation de 2,5% par an sur trois ans, portant la hausse cumulée à un près de 8% sur la période. Ce qui n’est malgré tout pas négligeable, surtout en période d’inflation quasi nulle.

En fait, rien ne sert de vouloir pousser le bouchon trop loin. Les tarifs de l’électricité, auxquels les consommateurs sont très sensibles, ont une dimension trop politique pour que l’Etat s’en remette aux souhaits des patrons d’EDF. Des formules sont établies, et les tarifs réglementés sont arrêtés par les ministres en charge de l’Energie et de l’Economie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Le politique a le dernier mot dans cette entreprise contrôlée à 85% par l’Etat. Ainsi, les précédentes demandes de hausses n’ont jamais été intégralement accordées.

En euros constants, d’après la CRE, les prix de l’électricité en tarifs résidentiel avaient même baissé de 25% entre 1996 et 2008. Depuis, des réajustements ont été opérés (de l’ordre de 20% en cinq ans), mais jamais au niveau de ce qu’avaient réclamé les directions d’EDF. Certaines  augmentations ont été gelées comme en août 2014, impliquant par la suite des rattrapages au moins partiels.

De sorte qu’aujourd’hui, selon la CRE, le tarif réglementé de l’électricité pour les ménages est environ, en euros constants, 8% plus bas qu’en 1996. Ce qui laisse un peu de marge à Jean-Bernard Lévy pour espérer que sa demande de hausse, qui viserait à revenir au niveau d’il y a vingt ans, soit prise en considération...

Un «rattrapage» qui se superpose au sauvetage d’Areva

Le patron d’EDF devrait bénéficier d’une oreille d’autant plus attentive que, confortant le rôle leader d’EDF de la filière nucléaire française, François Hollande, entouré de Manuel Valls, Segolène Royal, Emmanuel Macron, Michel Sapin et Laurent Fabius, a décidé le 3 juin que l’opérateur historique servirait de levier pour sortir Areva de ses problèmes financiers. «EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d’assemblage de combustible et de services», précise le communiqué de l’Elysée

L’opération est d’envergure: ce sont 37% du chiffre d’affaires d’Areva, soit 2,5 milliards d’euros, qui vont passer sous le contrôle d’EDF lorsque les modalités de l’opération auront été définies.

Certes, EDF a le dos large: avec un chiffre d’affaires qui approche 73 milliards d’euros, le groupe a dégagé l’an dernier un résultat positif de 3,7 milliards d’euros. Mais l’électricien doit aussi faire face à de lourds programmes d’investissements, auxquels il a consacré 12 milliards d’euros l’an dernier. Et avec la mise à niveau des 58 réacteurs nucléaires français aux normes de sécurité établies par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) après la catastrophe de Fukushima, pour un montant évalué au moins à 10 milliards d’euros, il serait bien imprudent de se lancer dans des aventures dispendieuses.  D’autant qu’EDF supporte déjà une dette de plus de 34 milliards d’euros.

Et pourtant, c’est une affaire à deux milliards d’euros au moins qu’EDF va devoir boucler avec Areva.

Officiellement, il n’est pas question de laisser croire que la demande de revalorisation de Jean-Bernard Levy ait un lien quelconque avec la reprise de l’activité d’Areva dans les réacteurs… même si l’information a été relayée par les médias quelques jours avant la réunion de l’Elysée. On en déduirait que l’opération serait financée par les consommateurs qui, eux, n’en tireraient aucun avantage. Ce qui pourrait déclencher une levée de boucliers, les ménages n’ayant pas vocation à supporter le coût des erreurs de gestion des entreprises publiques, c'est à dire, en l’occurrence, le sauvetage d’Areva.

Aussi la direction d’EDF met-elle sur le compte d’un «rattrapage tarifaire» la demande de 2,5% par an sur trois ans. Ce qui, si l’on considère que 55% du chiffre d’affaires d’EDF est réalisé auprès des ménages et industriels de l’Hexagone, correspond à une rentrée additionnelle de l’ordre de 1 milliard d’euros par an.

Autrement dit, en trois ans, le rattrapage en question couvrirait l’investissement dans les réacteurs d’Areva. Difficile de ne pas établir de corrélation. Une aubaine pour les opposants de tous poils! Mais pour Jean-Bernard Lévy, il s’agit de corriger une situation dans laquelle EDF vend sa production «en dessous de ses coûts de revient».

Une électricité bon marché, sauf pour un Français sur cinq

Pourtant, même avec l’application de cette hausse, la France continuerait de figurer en bonne place en Europe parmi les pays où l’électricité est bon marché. Selon les relevés opérés par Eurostat en 2014 sur les tarifs pratiqués pour les ménages, ils seraient en Allemagne supérieurs de 88% à ceux de la France, même chose pour le Danemark, alors qu’ils seraient plus élevés de 54% en Italie, 36% en Espagne, 21% au Royaume-Uni… 

La France n’est pas le pays où l’électricité est la moins chère, puisqu’elle l’est encore moins dans les pays d’Europe centrale et dans les pays baltes, mais la moyenne des prix des 28 membres de l’Union européenne reste supérieure de 28% au niveau français. Et même en tenant compte de l’augmentation de 2,5% appliquée au début 2015, une hausse de quelque 8% sur trois ans n’empêcherait pas les ménages français de continuer à profiter de tarifs toujours compétitifs de l’électricité comparativement aux autres ménages européens.

Mais il n’est pas certain que l’argument fasse mouche dans le pays. Car en France, plus de 5 millions de ménages –soit 11,5 millions de personnes, représentant près d’un Français sur cinq– sont en situation de précarité énergétique. Tout relèvement tarifaire ne peut que les enfoncer un peu plus dans cette précarité, quelles que soient les comparaisons européennes que l’on puisse établir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte