Partager cet article

Que se serait-il passé si l'Allemagne avait gagné la Première Guerre mondiale?

Signature du Traité de Versailles le 28 juin 1919 | Extrait d'une vue stéréoscopique, auteur anonyme, photographe de l'armée française via Wikimedia Commons Domaine public

Signature du Traité de Versailles le 28 juin 1919 | Extrait d'une vue stéréoscopique, auteur anonyme, photographe de l'armée française via Wikimedia Commons Domaine public

En affirmant que si l’empire allemand était sorti victorieux de la Grande Guerre la démocratie européenne aurait raté son «test de survie», le néo-conservateur David Frum critique l'isolationnisme et vante les mérites des interventions américaines.

La Première Guerre mondiale n'a pas une bonne image en Europe, où elle est souvent considérée comme un «massacre inutile». Aux États-Unis aussi, ce conflit demeure peu populaire dans l'imaginaire collectif, notamment par rapport à la Seconde Guerre mondiale. Dans un article de The Atlantic, le journaliste David Frum tente de réhabiliter cette guerre en défendant l'idée selon laquelle elle a permis une victoire de la démocratie contre l'autoritarisme de l'Empire allemand.

Pour Frum, si l'armée américaine n'était pas intervenue, les Alliés auraient perdu la guerre et l'idée de démocratie européenne aurait raté son «test de survie».

«Si l'Allemagne impériale l'avait emporté en 1918, beaucoup auraient dit que la vision d'Otto von Bismarck pour l'avenir fer et sang avait résolument triomphé sur le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple d'Abraham Lincoln

Isolationnisme

L'objectif de David Frum, un néo-conservateur qui écrivait les discours de George W. Bush et a défendu la guerre en Irak, est aussi de critiquer l'isolationnisme en général, en montrant que les interventions américaines sont nécessaires pour défendre la démocratie. Pour lui, la situation des États-Unis vis-à-vis de l'Allemagne en 1917 ressemble à la dynamique actuelle avec l'Iran:

«Toute nation agressive et non démocratique doit savoir que les États-Unis sont en mesure de limiter ses aspirations.»

Dans le Guardian en 2013, un autre journaliste s'était livré à ce genre de politique-fiction, mais avait obtenu un résultat complètement différent. Martin Kettle y posait tout d'abord  la question de savoir quelle Allemagne aurait dominé:

«Le pouvoir prussien militariste, conservateur et répressif créé par Bismarck? Ou l'Allemagne avec le plus grand mouvement syndical européen au début du XXe siècle?»

Contrairement à David Frum, Martin Kettle pensait qu'une victoire allemande aurait évité de nombreux morts. Une Allemagne victorieuse n'aurait pas dû payer des réparations ni subir les humilitations infligées par le Traité de Versailles.

«Par conséquent, l'ascension d'Hitler aurait été moins probable. Il n'est pas sûr que la Seconde Guerre mondiale ou la Shoah auraient eu lieu.» 

Si l'Allemagne avait gagné, l'Angleterre affaiblie et sans marine n'aurait pas pu garder son Empire, l'Inde aurait donc été indépendante plus tôt et les États-Unis seraient devenus une puissance isolationniste. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte