Monde

Deux navires commerciaux ouvrent le passage du Nord-Ouest

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2009 à 16 h 42

Pour la première fois dans l'histoire, deux navires allemands sont en train de se frayer un passage dans l'Arctique, entre l'Asie et l'Europe, reporte le New York Times. Les bateaux, qui transportent 500.000 tonnes de matériaux de construction, sont partis en juillet dernier de la Corée du Sud, et sont attendus dans le port de Rotterdam cette semaine. Accessible grâce à la fonte des glaces, ce passage, connu sous le nom du passage du Nord-Ouest, pourrait devenir la première route commerciale du Nord, estime Lawson W. Brigham, professeur à l'université de Fairbanks.

«C'est le réchauffement climatique qui a permis d'emprunter cette route», a expliqué au quotidien new-yorkais Verena Beckhusen, porte-parole de la compagnie de navigation allemande. Elle a également souligné l'importance économique et écologique de ce raccourci. Plusieurs tentatives de passage avaient été réalisés dans le passé, mais toujours sans succès, car la région était tellement couverte de glace, même en été, qu'elle était impraticable.

La fenêtre de tir pour traverser la route au nord de la Russie est réduite, de l'ordre de seulement quelques semaines par an, pendant l'été. Cette voie permettrait d'économiser du temps et de l'argent car elle est mille fois plus rapide que d'autres routes empruntées aujourd'hui. Les Russes attendent beaucoup de cette mission: ce passage peut concurrencer le Canal de Suez. Le groupe Beluga de Brême, qui a organisé l'expédition, a déjà signé des contrats pour faire transiter des milliers de tonnes de produits par cette route. Pour réaliser ce projet, il a fallu composer avec les fonctionnaires russes: «Avec cette expérience, on teste plus la bureaucratie que la calotte glaciale», ironise le professeur Brigham.

Les deux navires allemands, le «Beluga Fraternité» et le «Beluga Prévoyance», étaient accompagnés, , par précaution, par un brise-glace nucléaire russe: dans la zone la plus dangereuse, le détroit de Vilkitsky, la mer était couverte de glace. Ce n'était qu'en 1914 que un amiral russe, Boris Vilkitsky, avait tracé une carte de ce détroit qui sépare l'Asie de l'archipel de Severnaya Zemlya.

[Lire l'article complet sur le site du New York Times]

Image de Une: Flickr/Greenpeace International

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte