Sports

Barcelone est le premier vrai «champion des champions» de la nouvelle formule de la Ligue des champions

Temps de lecture : 2 min

Le club catalan a vaincu tour à tour les champions en titre anglais, français, allemand et italien.

Xavi et Barcelone ont remporté la Ligue des champions, le 6 juin 2015, en battant la Juventus Turin 3 à 1. REUTERS/Darren Staples
Xavi et Barcelone ont remporté la Ligue des champions, le 6 juin 2015, en battant la Juventus Turin 3 à 1. REUTERS/Darren Staples

Barcelone a donc remporté, samedi 6 juin, la cinquième Ligue des champions de son histoire en venant à bout d'une belle Juventus Turin sur le score de 3 à 1. Les Espagnols avaient vite ouvert le score grâce à Rakitic (4e), et tenaient le match, mais les Turinois sont pourtant revenus à 1-1 après l'égalisation de Morata, en début de seconde période (55e). Suarez (68e) puis Neymar (90+7e) à la dernière seconde ont finalement offert le trophée au club catalan.

C'est peu dire que la saison du FC Barcelone est exceptionnelle. Les joueurs de Luis Enrique ont réalisé pour la deuxième fois de leur histoire le triplé championnat, Coupe du roi et donc Ligue des champions. Et pour s'imposer dans cette dernière compétition, les Espagnols ont réalisé un petit exploit jamais encore effectué jusque-là: les coéquipiers d'Andres Iniesta ont éliminé tour à tour les derniers champions en titre anglais, français, allemand et donc italien.

Il faut cependant se souvenir que les équipes qui ont remporté la Ligue des champions avant la saison 1997-1998 éliminaient automatiquement les clubs champions des autres championnats puisque seule une équipe par pays pouvait alors participer à la compétition. (Elles étaient deux si l'équipe championne d'Europe la saison précédente n'était pas championne dans son pays.) Cela n'avait jamais été réalisé depuis.

Si l'on prenait en compte le seul classement UEFA, c'est un club portugais en lieu et place d'un club français que le Barça aurait dû éliminer pour marquer encore plus esprits, mais le Benfica Lisbonne n'a pas passé la phase de groupe.

En huitièmes de finale, le Barça était aisément venu à bout de Manchester City. Champion d'Angleterre 2014, le club mancunien n'avait pas fait le poids (2-1, 1-0).

Lors du tour suivant, les Barcelonais avaient écarté le Paris Saint-Germain, en réalisant notamment un très gros premier match au Parc des princes (3-1). Au retour, Neymar —auteur de deux buts— et ses coéquipiers avaient vite réduit à néant les espoirs parisiens.


En demi-finale, dans l'un des plus duels les plus attendus de ces dernières années, et face à un Pep Guardiola qui retrouvait son ancien club avec qui il avait tout remporté, les Barcelonais n'avaient pas fait de détail face au Bayern Munich. Vainqueurs 3 -0 à l'aller, ils avaient quasiment déjà leur qualification pour la finale en poche avant d'aller affronter le Bayern chez lui, pour une défaite anecdotique 3-2.

Et en finale, c'est donc le quadruple champion en titre italien qui est tombé avec les honneurs.

Newsletters

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Courir la nuit, un choix souvent contraint qui a ses avantages

Courir la nuit, un choix souvent contraint qui a ses avantages

Face à l'accélération des rythmes de vie, courir nécessite une véritable organisation, au point que de plus en plus de runners se mettent à pratiquer leur footing une fois la nuit tombée.

Newsletters