Partager cet article

Ce qu’il faut dire et ne pas dire lors d’un premier rendez-vous

Blind Date 15 al fernandez via Flickr CC License by

Blind Date 15 al fernandez via Flickr CC License by

A quoi ressemble un bon premier rendez-vous ? Chacun a son avis, sa petite anecdote, mais des chercheurs de l’université de Stanford et de l’université de Californie à Santa Barbara, aux Etats-Unis, ont décidé de savoir ce qui marchait et ce qui ne marchait pas.

Ils ont donc organisé de grands speed-datings, raconte le Washington Post pour des étudiants en master hétérosexuels «où ils ont enregistré tout ce qui était dit». Au total, ils se sont retrouvés avec près d’un millier de conversations semblables à celle ci-dessous, d’une durée moyenne de quatre minutes.

«Et toi alors? Qu'est-ce qui te passionne?

- Euh, je dirais deux choses

- Uh-huh

- Je veux dire beaucoup de choses, mais j'en ai deux qui me viennent à l'esprit tout de suite. La première, c'est les voyages.

- Ok.

- J'aime voir différentes parties du monde—

- Uh-huh

- vivre plein de choses différentes. Et j'ai aussi récemment commencé à faire du sport, et des choses diverses, comme du vélo, nager, et courir.

- Oh, Ok.

- J'ai fait ma première course ce week-end.

-Oh, vraiment? Et ça s'est passé comment?

- C'était dur.

- (rires) Oui, c'est ce que j'ai entendu dire.

- Mais ça vaut vraiment le coup.»

Comme le résume le quotidien américain, les chercheurs ont remarqué que dans les premières secondes, c’est le physique et les hobbies similaires qui ont la plus grande influence. Mais après chaque minute, d’autres éléments prenaient plus d'importance.

Les femmes se sentent plus liées aux hommes qui «suivent leurs rires, les interrompent (posent des questions pour montrer qu’ils suivent la conversation), montrent leur gratitude en disant des choses positives ou flatteuses, et utilisent "toi" ou "tu"».

Par ailleurs, ils ont remarqué que les femmes préféraient lorsque les hommes varient le volume de leur voix, «ce qui montre de l’intérêt et de l’enthousiasme», précise le Washington Post. Les hommes, eux, ressentent plus un lien quand les femmes utilisent le «je», et donc parlent d’elles.

A l’inverse, comme l’a remarqué Priceonomics, les femmes vont plus difficilement sympathiser avec quelqu’un qui répond à côté, quand elles doivent poser beaucoup de questions, parler fort, être la seule à faire la conversation ou quand la hauteur de la voix de la personne en face varie.

Quant aux hommes, seul le fait de répondre à côté semble vraiment les gêner. Ce qui fait dire à Rosie Cima, l’auteure de l’article de Priceonomics:

«En somme, la conclusion des chercheurs de cette analyse extrêmement détaillée et sur laquelle ils ont beaucoup travaillé, est un bon portrait robot d’un bon premier rendez-vous. Lors d’un premier rendez-vous un couple hétérosexuel fait attention à l’autre, montre qu’il est à l’écoute, est gentil et agréable, et —curieusement— concentre essentiellement la conversation sur la femme.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte