Partager cet article

Un scientifique cache sa demande en mariage dans un article sur la découverte d'un dinosaure

Un dinosaure à l'origine d'une demande en marriage |Orin Zebest via Flickr CC License by

Un dinosaure à l'origine d'une demande en marriage |Orin Zebest via Flickr CC License by

C’est l’histoire d’un nouveau dinosaure nommé Hellboy. Un nom assez inhabituel qu’il doit au fait que son crâne ait été extrêmement dur à extirper du sol. Une découverte faite par le Royal Tyrrell Museum en Alberta dans le nord-ouest du Canada et qui a fait l’objet d’un article scientifique pas comme les autres.

En apparence, l’article réponds aux canons du genre. Détaillé, complexe et un peu ennuyeux pour le lecteur lambda. Extrait.

«Les raisons de l’extinction des Centrosaurus ne sont pas bien comprises, difficile donc de dire si un mécanisme commun peut en être le responsable. Nous pouvons émettre l’hypothèse d’une extinction de deux clades différents de dinosaures à cornes  au début du Mastrichien ont pu mener à la diversification des Triceratopsini précédent la fin de l’extinction massive des Crétacés.»

Pas très passionnant, non? Mais un autre élément du texte figurant dans les remerciements attire l’œil.

«C.M.B [Caleb M. Brown] tient particulièrement à souligner le soutien continu et inconditionnel de Lorna O’Brien. Lorna, veux-tu m’épouser?»

Ce message est en fait celui de l’auteur qui s’adresse directement à sa petite amie pour la demander en mariage. L'article, qui serait normalement passé plutôt inaperçu, si ce n’est dans la communauté scientifique, a finalement fait le tour de plusieurs médias.

Un porte-parole de Cell Press, l’éditeur de Current Biology, la revue dans laquelle est paru l’article, a précisé être au courant de la demande.

«Current Biology est au courant de la proposition et nous souhaitons le meilleur pour le couple. J’ai vérifié avec plusieurs éditeurs et c’est une première pour Current Biology tout comme pour Cell Press.»

La réponse n’était d’abord pas connue comme le précisait le site Retraction Watch qui revenait plus en détail sur l’événement. Jusqu’à ce qu’un commentaire précise que Lorna O’Brien avait bien dit «oui». Une double victoire pour le scientifique qui témoigne dans un article de CBC:

«Je n’avais pas vraiment prévu comment elle allait s’en rendre compte, comment elle allait trouver la demande, mais finalement j’ai abandonné et je le lui ai montré, pour la tenir un peu au courant avant que ça sorte aujourd’hui». 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte