Sciences / Économie

Concours EDF Pulse: Damae, ou comment dépister les cancers de la peau sans laisser de cicatrice

Temps de lecture : 2 min

Lauréate du concours EDF Pulse, dont Slate.fr est partenaire, dans la catégorie santé, Damae Medical se définit comme proposant «un nouveau regard sous votre peau». Cette société d’imagerie médicale non-invasive propose aux dermatologues de réaliser des biopsies optiques en cas de signe suspect (point noir, grain de beauté), et non pas par prélèvement, afin de détecter d’éventuelles cellules cancéreuses dans la peau sans risquer de laisser des cicatrices aux patients. En effet, expliquait l’an dernier une de ses cofondatrices, Anaïs Barut, récemment classée par la MIT Technology Review dans les meilleurs innovateurs âgés de moins de 35 ans, «la biopsie systématique n’a plus lieu d’être aujourd’hui [car] 60 % des biopsies réalisées sont bénignes après analyse par un anatomopathologiste». La technique d’imagerie utilisée par la société permet de doubler la profondeur de coupe verticale, de 500 micromètres à 1 mm environ.

L’an dernier, l’entreprise avait fait partie des 110 projets retenus dans le cadre du Concours mondial d’innovation Innovation 2030, présidé par Anne Lauvergeon et doté par l’Etat de 300 millions d’euros. Elle a également remporté le prix international de la fondation Altran pour l’innovation et a fait partie des finalistes du Hello Tomorrow Challenge.

Selon des chiffres de 2012 de l’Institut national de veille sanitaire (Invs), on compte chaque année près de 80.000 nouveaux cancers de la peau diagnostiqués, dont près de 10.000 mélanomes (la forme la plus grave) pour plus de 1.600 décès en 2011. Leur nombre a triplé entre 1980 et 2005 et leur traitement est «d’autant plus efficace que leur détection est faite précocement». Une journée nationale de dépistage du cancer de la peau est d’ailleurs organisée chaque année, et avait lieu cette année le 28 mai.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters