Parents & enfants / Culture

Une étude montre que les jeunes fans de heavy metal des années 1980 s'en sont bien sortis

Temps de lecture : 2 min

Judas Priest en concert à San Sebastian en 1984. Fernando Catalina Landa via Wikimedia Commons.
Judas Priest en concert à San Sebastian en 1984. Fernando Catalina Landa via Wikimedia Commons.

Dans les années 1980, les fans de heavy metal faisaient un peu peur à leurs parents. Les t-shirts noirs avec une imagerie mortuaire, le pessimisme absolu des paroles, les clips violents et la pâleur maladive, tout cela était jugé un peu inquiétant. Aux Etats-Unis, des groupes comme Black Sabbath ou Judas Priest ont été régulièrement accusés d'inciter les jeunes au meurtre ou au suicide.

Trente ans plus tard, que sont devenus ces jeunes métalleux? Sont-ils plus cyniques et dépressifs que la moyenne? Tasha Howe, une professeur de psychologie à l'université de Humboldt en Californie, vient de publier une étude à ce sujet dans la revue Self and Identity, et selon son enquête, les anciens fans de metal se portent très bien.

Comme le rapporte un blog de la British Psychological Society, les auteurs ont distribué un questionnaire à 377 fans, musiciens et groupies, et les ont comparé à un nombre similaire de fans de rock, pop et new wave (ainsi qu'à un échantillon d'étudiants). Ils ont trouvé que les fans de metal avaient en général des enfances plus difficiles. Mais c'est parce qu'ils avaient des enfances difficiles qu'ils étaient attirés par le heavy metal, et pas leur amour pour le heavy metal qui leur causait des problèmes psychologiques.

En effet, lorsque les chercheurs ont comparé les traits de personnalité, les salaires, la consommation de drogue, la sexualité et le bien-être des fans de métal et d'autres musiques, ils n'ont pas trouvé de grandes différences. La principale: les musiciens de metal (pas les fans) se distinguaient par le nombre élevé de leurs partenaires sexuels, ainsi que leur tendance à contracter des maladies sexuellement transmissibles.

«Non seulement les cinquantenaires amateurs de metal avaient dans l'ensemble fait des études et n'étaient pas au chômage, ils avaient aussi de très bons souvenirs de leur adolescence dans les années 1980», expliquait Howe en 2013, avant que l'étude ne soit publiée. «Les sous-cultures un peu marginales attirent des jeunes en difficulté qui ont des comportements à risque, mais nous avons trouvé que ces cultures ont aussi une fonction protectrice dans la mesure où elles apportent des liens forts qui permettent aux jeunes de développer leur identité. D'autres études pourraient examiner les effets d'autres cultures musicales comme le hip hop ou l'emo.»

Tasha Howe, une spécialiste de l'impact de la violence sur les enfants, avait déjà réalisé une autre étude sur le sujet, intitulée Sexualité et genre dans la scène heavy metal des années 1980. Le site de l'université où elle enseigne dévoile une des raisons de son intérêt pour ce genre musical: elle est elle-même une ancienne groupie qui s'est mariée avec Mike Howe, le chanteur du groupe Metal Church.

Slate.fr

Newsletters

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Les mobilisations ont remis sur le devant de la scène médiatique les problématiques économiques et sociales des femmes élevant seules leurs enfants. Tant mieux.

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

On ne peut pas attendre des enfants qu'ils aient la capacité innée à résister à des manipulations cognitives aussi finement pensées.

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

À l’occasion de la sortie du huitième tome de la série, l’auteur Julien Neel revient sur la conception de sa BD culte. Papier réalisé par un journaliste de 43 ans et une jeune pousse de 10 ans.

Newsletters