Partager cet article

Le braconnage en Afrique est encore plus violent qu’on ne le croit

Éléphant de Tanzanie  | Mark Robinson, via Flickr CC licence by

Éléphant de Tanzanie | Mark Robinson, via Flickr CC licence by

Le nombre d’éléphants et de rhinocéros a chuté de manière dramatique en cinq ans à peine.

Le 1er juin, le ministre tanzanien des Ressources naturelles et du Tourisme, Lazaro Nyalandu, a livré les conclusions d’une étude sur le nombre d’éléphants dans le pays africain. Le site Blueandgreentomorrow.com, qui relaie les données du recensement, explique que leur population a baissé de 60% entre 2009 et 2015, passant de 109.000 à seulement 43.330.

Ces chiffres ressemblent à ceux du Mozambique, tout aussi effrayants. L’ONG WCS (Wildlife Conservation Society) rapportait fin mai que, ces cinq dernières années, le nombre d’éléphants est ainsi passé de 20.000 à 10.300, soit une chute de 48%. Alastair Nelson, directeur de la WCS, qui gère la réserve Niassa dans le pays, expliquait que «le problème majeur est la gouvernance. Le Nord a toujours été une région isolée et mal gouvernée, avec un haut niveau de corruption sous-jacente».

Et que dire du nombre de rhinocéros encore en vie en Afrique du Sud? Le Washington Post, qui reprend des chiffres du ministère de l’Environnement sud-africain, explique que, de 1980 à 2007, on comptait neuf rhinocéros tués par an à cause des braconniers. Depuis, le nombre a explosé: on en dénombrait 1.215 pour la seule année 2014.

«Abattoir»

Si cela continue, il pourrait y avoir plus de morts que de naissances d’ici un à trois ans, note Quartz, avant d’ajouter que les rhinos noirs de Namibie subissent le même massacre. La corne de rhinocéros se vendant plusieurs dizaine de milliers de dollars le kilo, notamment en Asie, où on lui prête des vertus médicinales.

La corne de rhinocéros se vend plusieurs milliers de dollars le kilo

Car la Chine et d’autres pays d’Asie de l’Est font face à des accusations de la part de nombreux gouvernements et ONG. En dévoilant les chiffres sur les éléphants en Tanzanie, Lazaro Nyalandu n’avait pas hésité à utiliser le terme «abattoir» pour dénoncer cette recrudescence de ce commerce macabre dans la région:

«Il est hautement probable que le braconnage soit responsable de ce nombre de morts très élevé. […] La raison probable pourrait être l’augmentation de la demande d’ivoire, en particulier en Asie de l’Est.»

Arrestations

Mais les responsabilités ne sont pas uniquement asiatiques. L’année dernière, l’Environmental Investigation Agency accusait la Tanzanie de soutenir la Chine dans ce trafic, en facilitant notamment l’exportation de l’ivoire.

Le basketteur Yao Ming pour lutter contre le trafic d’ivoire

Quartz rappelle toutefois que la Tanzanie a fait de nombreux efforts pour stopper ce trafic, notamment grâce à l’arrestation de vendeurs d’ivoire et de braconniers. Tout comme la Chine, qui a même lancé des campagnes de communication avec l’aide du basketteur chinois Yao Ming, immense star dans son pays.

 

Difficile de savoir pour l’instant si ces efforts vont payer, tant la situation est critique. En 1979, la population d’éléphants en Afrique atteignait 1,3 million, rappelle le site Quartz, avant de chuter à un chiffre allant de 472.000 à 690.000 animaux en 2007.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte