Monde / France

Les Français ont une meilleure opinion des musulmans depuis l'attentat contre Charlie Hebdo

Temps de lecture : 2 min

Comme aux États-Unis après le 11-Septembre, les opinions favorables envers la population musulmane française n’ont pas pâti des attentats. Au contraire.

La Grande Mosquée de Paris à France Miniature | Frédéric BISSON via Flickr CC License by

Après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher en janvier dernier, les actes islamophobes, dont la vandalisation de plusieurs mosquées, ont nettement augmenté. L'Observatoire national contre l'islamophobie en a recensé 116 en moins de deux semaines juste après les attentats. Pourtant, un sondage réalisé par l'institut américain Pew Research Center montre que, dans l'ensemble, les Français sont maintenant plus nombreux à avoir une opinion favorable des musulmans que l'année précédente. Ce résultat peut sembler paradoxal mais une même tendance avait été observée aux États-Unis après le 11-Septembre.

En avril dernier, les sondeurs de Pew ont parlé à un échantillon représentatif de 1.001 Français et ont trouvé que 76% d'entre eux avaient une opinion favorable des musulmans, comparé à 72% en 2014. C'est surtout la tranche des opinions «très favorables» qui a nettement augmenté: de 14% en 2014 à 25% cette année.

Violence accrue d’une minorité

Des chiffres par bord politique sont aussi disponibles et, chez les électeurs de droite, les opinions très favorables sont passées de 9 à 18%.

Sur le blog de l'institut, le chercheur Richard Wike explique que ces données montrent que la violence accrue d'une minorité n'est pas représentative de l'état d'esprit de la population dans son ensemble.

Cette tendance à un recul du rejet de l'islam en France avait aussi été repérée par une enquête Ipsos/Sopra-Steria publiée après les attentants de janvier, selon laquelle la moitié des Français jugeaient que l'islam était compatible avec les valeurs de la République, alors qu'ils étaient 25% à le penser en 2013.

Après le 11-Septembre aux États-Unis, l'institut Pew avait trouvé que 59% des Américains avaient une opinion favorable des musulmans, contre 45% en mars 2011.

Richard Wike attribue ce phénomème aux discours d'unité nationale prononcés par les dirigeants après les attentats, et aux efforts faits par les gouvernements et les médias pour clarifier que les extrémistes violents ne sont pas représentatifs de l'islam.

Aux États-Unis, les médias qui ont parlé des actes islamophobes et des atteintes contre les droits civiques des musulmans ont contribué à augmenter la sympathie pour ces derniers, rappelle Richard Wike. Il cite notamment à ce sujet le travail de Christopher Smith, qui avait expliqué en 2013 dans le Journal of Religion and Society que les médias américains avaient fait un effort pour lutter contre les stéréotypes juste après le 11-Septembre, une orientation qui a influencé l'opinion publique mais qui n'a, ceci dit, pas duré longtemps, particulièrement dans les médias conservateurs.

Newsletters

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Encore une croisière piégée en pleine mer par le Covid

Malgré l'arrivée d'Omicron, l'industrie maintient ses activités coûte que coûte.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio