Partager cet article

Et si la Fifa de Sepp Blatter était l'équivalent pour le football de l'Irak de Saddam Hussein?

REUTERS/Arnd Wiegmann

REUTERS/Arnd Wiegmann

Sepp Blatter a annoncé qu'il allait démissionner dans les mois qui viennent de son poste de président de la Fifa, lors d'une conférence de presse qui a pris tout le monde de court, mardi 2 juin.

Cette nouvelle a été bien accueillie en Europe, aux Etats-Unis et au Canada, où le Suisse était largement contesté. Pour le magazine en ligne britannique Spiked, il faut cependant également s'intéresser à qui demandait la tête de Sepp Blatter:

«Ce rassemblement de policiers occidentaux, de politiciens et de personnages publics peut sembler –si c'est possible– encore moins attirant. Ils ont présenté Blatter comme la dernère incarnation du méchant international, face à qui ils peuvent se placer en figure morale –comme s'il était l'équivalent footballistique de Saddam Hussein ou du colonel Kadhafi, planqué dans son bunker suisse. Cela ressemble à une histoire politique qui se répéterait sous la forme d'une farce footballistique.»

Reste désormais à savoir ce qui va se passer après le retrait de Sepp Blatter. Et comme l'écrit le spécialiste du football Simon Kuper dans le Financial Times, tout ne va pas changer du côté de la Fifa avec le simple départ de son président. Avec, là encore, une comparaison avec Saddam Hussein:

«Tout comme Saddam Hussein, M. Blatter a été chassé du pouvoir par une patrouille américaine. [...] Mais le départ de M. Blatter ne guérira pas la Fifa, tout comme la capture de Saddam dans son trou n'a pas résolu quoi que ce soit en Irak. [...] Si nous avons appris une chose de la chute de Saddam, c'est que se débarrasser d'un tyran n'est que le début. Le plus souvent, en fait, son départ n'est que le meilleur moment d'une triste histoire.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte