Monde

Le FBI fait de la surveillance par avion

Temps de lecture : 2 min

Alors que certaines mesures du Patriot Act sont momentanément suspendues aux États-Unis depuis lundi 1er juin, dont la section 215, qui permet(tait) la récolte massive de données téléphoniques, l’Associated Press révèle un autre type de surveillance mené par le FBI.

Des petits avions de ce type servent à la surveillance | swong95765 via Flickr CC License by

L’information relayée notamment par le Chicago Tribune fait état de petits avions volant à basse altitude au-dessus de plusieurs villes américaines (dont Phoenix, Chicago, Seattle) et transportant appareils de surveillance vidéo et téléphonique. Selon l’AP, sur les trente derniers jours, ces avions ont survolé 30 villes et 11 États, apparemment sans l’accord d’un juge.

Mais ça ne s’arrête pas là. Le bureau d’enquête fédéral (FBI) utiliserait de fausses sociétés pour agir en toute discrétion, suivant le modèle des policiers en civil. Plusieurs noms de sociétés ont été révélés, tels KQM Aviation, NBR Aviation et PXW Services. Des noms que le gouvernement souhaitait garder secrets mais que l’AP a tout de même dévoilés.

«Raisons de sécurité»

La défense du FBI est la suivante :

«Le programme d’aviation du FBI n’est pas tenu secret. Ces appareils et leurs moyens d’action sont protégés pour des raisons de sécurité opérationnelle.»

Tout en ajoutant par la voix de son porte-parole, Christopher Allen, qu’ils n’étaient pas équipés pour des opérations de surveillance de masse. Mais les motifs semblent tout de même larges, allant du terrorisme aux actes criminels en passant par le renseignement. Des méthodes qui auraient aussi servi lors des manifestations dans la ville de Baltimore à la suite de la mort de Freddie Gray en avril 2015.

Curieusement, les avions ne sont pas ceux que l’on imaginerait pour des opérations du FBI mais il ne faut pas se fier aux apparences, prévient Jay Stanley, un expert politique travaillant pour l’Union américaine pour les libertés civiles:

«Ces avions ne sont pas ceux de nos grands-parents, […] en particulier quand on sait le type de technologie qu’ils peuvent embarquer.»

Newsletters

La France ne veut pas de ses djihadistes, la Turquie non plus

La France ne veut pas de ses djihadistes, la Turquie non plus

Les extrader sert la rhétorique anti-occidentale du président turc pour gagner du crédit auprès de l'opinion publique de son pays.

Si vous êtes assez riche, vous pouvez vous acheter une nationalité

Si vous êtes assez riche, vous pouvez vous acheter une nationalité

Une vente de «passeports dorés» s’est tenue à Londres cette semaine.

Un mystère de l'Égypte antique s'épaissit encore

Un mystère de l'Égypte antique s'épaissit encore

D’où provenaient les millions d’ibis placés en offrandes dans les tombes égyptiennes?

Newsletters