Partager cet article

Une esclave sexuelle de l’État islamique témoigne

Des enfants yézidis aux abords d’un camp de réfugiés, près de Duhok, en Irak, le 26 février 2015 | REUTERS/Asmaa Waguih

Des enfants yézidis aux abords d’un camp de réfugiés, près de Duhok, en Irak, le 26 février 2015 | REUTERS/Asmaa Waguih

Une jeune femme, encore adolescente, raconte l’esclavage sexuel qu’elle a subi des mois durant en Syrie avant de réussir à s’échapper des mains de Daech.

Delal Sindy, une activiste kurde, a été l’esclave sexuelle de l’État islamique pendant neuf mois. Avant de pouvoir s’échapper et de raconter son calvaire au quotidien britannique The Independent.

Le témoignage ne peut pas être vérifié, mais il est «atroce», précise la journaliste. L’adolescente, âgée de 17 ans, fait partie de la communauté yézidie, une branche monothéiste de l’islam persécutée par Daech, en particulier dans les environs de la ville de Sinjar, au nord-ouest de l’Irak, où la jeune femme est enlevée avant d’être emmenée en Syrie avec sa sœur de 10 ans.

«La dernière fois que j’ai vu ma mère, c’est le jour où ma sœur et moi avons été enlevées. Je n’oublierai jamais le moment où elle a commencé à pleurer et à se tirer les cheveux.» 

Battue, violée, fouettée, brûlée

Sa sœur est ensuite vendue à d’autres combattants du groupe islamique. Commence alors son cauchemar. Elle raconte avoir été battue, violée, fouettée, brûlée à l’eau bouillante jour après jour. Et également forcée de réciter des passages du Coran.

Elle parviendra à s’échapper à la suite d’un assaut des Peshmergas, les combattants kurdes. Aujourd’hui libre, elle avoue ne plus trouver de sens à sa vie:

«J’essaye de tout oublier mais, à chaque fois que je ferme les yeux, je les vois devant moi et j’ai envie de me suicider.»

Ce témoignage n’est pas le premier. Depuis l’arrivée des djihadistes dans cette région de l’Irak, les viols de femmes et d’adolescentes se multiplieraient et toucheraient en particulier les Yézidis. Les islamistes leur reprocheraient de vénérer des symboles qu’ils considèrent comme blasphématoires.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte