Monde

Une cartographie des personnes tuées par la police aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

La branche américaine du Guardian a créé une carte interactive permettant de répertorier le nombre de personnes tuées par les autorités outre-Atlantique.

/
La carte du Guardian avec les points jaunes représentant les morts | Capture d’écran/The Guardian/The Counted

Ce projet de la version américaine du Guardian s’appelle The Counted. Son but: compter les morts. Précisément les personnes tuées par les forces de l’ordre lors d’interventions depuis le début de l’année 2015. L’enjeu est double. Raconter les histoires de ces personnes à travers une carte et pallier le manque d’informations délivrées par les autorités.

Pour y arriver, les journalistes du Guardian ne sont pas les seuls à contribuer. Tout le monde peut envoyer des données sur le sujet et la carte sera régulièrement mise à jour, comme le précise la page de présentation du projet:

«La base de données combinera des informations du Guardian avec des données publiques vérifiées afin de créer une trace plus complète de ces drames. The Counted est le compte-rendu public le plus approfondi concernant l’usage mortel de la force aux États-Unis, mais il fonctionnera comme un chantier en perpétuels travaux –et sera mis à jour par les reporters du Guardian et les datajournalistes aussi souvent et rapidement que possible.»

Mettre des noms

Pour l’instant, le nombre de personnes répertoriées est de 464 depuis le 1er janvier 2015. La page permet de connaître l’origine de ces personnes, leur âge, la cause du décès, l’État concerné (74 morts par exemple pour la Californie), la date et surtout de mettre des noms sur des visages. Toutes les informations sont téléchargeables depuis la plateforme au format Excel.

L’initiative n’est pas sans rappeler un autre projet, lancé en 2013 sous le nom de The Migrant Files et qui visait à comptabiliser et répertorier le nombre de morts liés à l’immigration en Europe. Ce travail de données avait permis de mettre en lumière plus de 29.000 morts de 2000 à 2013.

Slate.fr

Newsletters

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

L'Europe de l'Est a semblé relativement imperméable au déluge #MeToo. Mais quand on y regarde de plus près, d'autres initiatives émergent pour libérer la parole des femmes, et ce malgré un conservatisme bien présent.

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Le conflit, entré dans sa quatrième année, a provoqué «la plus grave crise humanitaire au monde» –face au silence assourdissant de la communauté de l’indifférence internationale. Les ONG sur le terrain accusent principalement Riyad du massacre en cours.    

Newsletters