Partager cet article

Interdit d'entrée en Russie? Voici comment réagir

A la frontière entre l'Ukraine et la Russie (via Wikimédia Commons).

A la frontière entre l'Ukraine et la Russie (via Wikimédia Commons).

89 personnalités politiques européennes, dont quatre de nationalité française (Bruno Le Roux, Daniel Cohn-Bendit, Bernard-Henri Lévy et le président du Conseil économique et social européen Henri Malosse), ont été placées par Moscou sur une liste noire leur interdisant d'entrer en Russie. Voici un petit florilège de quelques réactions des intéressés, piochées sur Twitter, dans différents registres.

Le commentaire géopolitique

«Cette liste noire est l'expression d'une faiblesse et d'une peur de la Russie envers l'ouverture et le dialogue. Le régime de Poutine n'est pas courageux, il est nerveux» (Gunnar Hökmark, eurodéputé démocrate-chrétien suédois)

La comparaison avec ceux qui peuvent encore entrer en Russie

«Sepp Blatter et Marine Le Pen sont plus bienvenus que moi en Russie» (Guy Verhofstadt, président de l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe, ancien Premier ministre belge)

L'humour

«Je vois que le Kremlin a compris qui était le maître à la maison» (l'ancien Premier ministre suédois Carl Bildt, dont l'épouse Anna Maria Corazza Bildt figure sur la liste)

«Je suis la seule des 89 personnes de la liste à ne pas être politiquement active. Même le KGB fait des erreurs» (Marek Migalski, ancien eurodéputé polonais)

«Tellement d'autres pays à visiter...» (Michiel Servaes, eurodéputé néerlandais)

La gratitude

«Joie! L'inclusion sur la liste noire de la Russie est une si grande reconnaissance pour mon travail» (Inese Vaidere, députée PPE lettonne)

«Poutine me met sur sa liste noire. Pas bienvenu en Russie. C'est trop d'honneur, M. Poutine!» (Mark Demesmaeker, député eurosceptique belge)

«Pour moi, c'est juste la preuve que je fais bien mon travail!» (Marek Zenisek, député tchèque)

L'habitude

«Encore banni de Russie –la première fois depuis 1972!» (Edward McMillan Scott, eurodéputé LibDem britannique, arrêté en Russie en 1972 pour y avoir visité d'anciennes institutions religieuses en tant que guide touristique)

Le rappel historique

«Vu que je suis blacklisté, je ne pourrai pas aller en vacances d'été en Sibérie, l'endroit où nos ancêtres étaient envoyés en camp de concentration» (Artis Pabriks, eurodéputé letton)

La demande de sanctions

«La liste russe est un acte de vengeance. L'expulsion de l'ambassadeur russe semble une mesure appropriée.» (Louis Bontes, eurodéputé néerlandais)

La fierté inquiète

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte