Partager cet article

La technologie va faire de l'homme du futur une créature divine et immortelle

REUTERS/Larry Downing.

REUTERS/Larry Downing.

La technologie et le génie génétique transformeront les humains en créatures divines d’ici 200 ans. Telle est la théorie développée par Yuval Noah Harari, un chercheur israélien dont les propos, tenus à l'occasion d'un évènement dont le Telegraph était partenaire, sont rapportés par le quotidien britannique:

«Je pense qu’il est probable que dans les 200 prochaines années environ, l’homo sapiens passera à un niveau supérieur de l’ordre de l’être divin, que ce soit à travers des manipulations biologiques, le génie génétique ou la création de cyborgs, en partie organiques et en partie non-organiques. […] Cela sera la plus grande évolution biologique depuis l’apparition de la vie. Rien n’a vraiment changé, biologiquement parlant, en quatre milliards d’années. Mais nous serons aussi différent des humains d’aujourd’hui que les chimpanzés le sont de nous.»

Le Guardian a essayé d’imaginer à quoi pourraient ressembler ces cyborgs:

«Eh bien, vous pourriez avoir des nanorobots intelligents injectés dans votre sang pour rajeunir vos cellules et réparer n’importe quel dommage. Vous pourriez implanter un ordinateur et plein d’outils dans votre corps, ce qui vous donnerait des pouvoirs surhumains. Ou vous pourriez simplement faire évoluer votre esprit en un ordinateur, ce qui pourrait vous permettre d’exister n’importe où et d’expérimenter n’importe quoi.»

Le chercheur a néanmoins alerté sur un effet pervers de cette évolution, qui sera le creusement des inégalités entre les pauvres et les riches. Comme l’écrit le Telegraph, «dans le futur, les riches pourraient vivre éternellement tandis que les pauvres mourront».

Yuval Noah Harari est l'auteur de Sapiens: A Brief History of Humankind, un ouvrage sorti en septembre dernier et non encore traduit en français où il part des origines de l’humanité pour arriver aux dernières révolutions que celle-ci a vécues, de la révolution scientifique à la révolution biotechnologique en passant par la révolution industrielle. Selon la chronique du livre par le Guardian, «Harari suppose que la révolution biotechnologique marque la fin de l’homo sapiens: nous seront remplacés par des post-humains, des cyborgs "amortels", capables de vivre pour toujours». Même s’il existe un scénario alternatif, que soulignait la chronique du Wall Street Journal: la destruction pure et simple de l’humanité par une catastrophe environnementale.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte