Partager cet article

Comment la beauté influence votre jugement

La Belle et la Bête en Lego | Sam Howzit via Flickr CC License by

La Belle et la Bête en Lego | Sam Howzit via Flickr CC License by

Face à quelqu’un de beau, vous serez plus indulgent et accepterez plus facilement que cette personne se joue des conventions sociales.

Il n’y a pas que l’amour qui rend aveugle. La beauté aussi. Une étude publiée dans la revue Gender Issues et décryptée sur le site Science Daily révèle que les femmes acceptent davantage les écarts d’un individu ressemblant à Ryan Gosling ou Robert Downey Jr. que d’un homme aux traits grossiers faisant penser à Quasimodo. Comme le chercheur et co-auteur de l’étude Jeremy Gibson le résume, «les hommes peu attirants sont tolérés jusqu’à un certain point; leur manque d’attrait est accepté jusqu’à ce qu’ils se comportent mal». Alors que les beaux gosses, eux, peuvent se permettre d’être moins respectueux des conventions.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont montré à 170 étudiantes la photo de deux hommes, l’un ayant les traits plus gracieux que l’autre, et leur ont demandé qu’elle serait leur attitude face à deux scénarios hypothétiques:

  • Un étudiant qu’elle ne connaît pas lui demandant s’il peut lui emprunter un stylo dans une salle de cours;
  • Un jeune homme lui demandant sur le campus s’il peut la prendre en photo pour un projet et lui glissant sans finesse par la même occasion qu’elle devrait se mettre au mannequinat.

Quelle que soit la beauté de l’individu, la plupart des jeunes femmes affirmaient qu’elles auraient répondu oui pour le stylo mais non à cette drague plus que lourde, harcèlement de rue s’il en est. Aucune différence de traitement à ce stade.

Biais de perception

Mais là où le physique du jeune homme intervient et joue sur leur perception, c’est lorsque les chercheurs leur ont demandé de dire à quel point l’homme était sympathique, impoli ou bizarre. Si les réponses étaient les mêmes dans le premier scénario pour les deux hommes, elles n’avaient plus rien à voir dans le second:

«La perception de la personnalité de l’homme le plus charmant était considérablement moins négative que celle de l’homme au visage moins séduisant.»

Un constat qui peut sembler banal voire futile. Sauf que cet effet de halo est à l’origine de multiples discriminations. Il est ainsi reconnu depuis longtemps que les personnes pouvant miser sur leur physique ont plus de chances de décrocher un emploi. Et les chercheurs mettent en garde contre une autre conséquence de ce biais cognitif:

«Un homme qui attend d’être jugé a déjà violé de nombreuses règles sociales d’une façon ou d’une autre. Si, en plus, il n’est pas séduisant, l’effet de halo peut influencer négativement les jurés qui le voient et, par conséquent, jouer sur le fait qu’ils le pensent coupables du crime en question.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte