Monde

Les États-Unis ont tenté d'éliminer le programme nucléaire nord-coréen avec le virus Stuxnet

Temps de lecture : 2 min

Des cyber-attaques américaines ciblant des centrifugeuses nord-coréennes ont eu lieu en 2009-2010. Mais elles n’ont pas eu le même succès que celles visant les centrales iraniennes à la même époque.

«We have nuclear weapons», Corée du Nord, août 2011 |  Michael Day via Flickr CC License by

Le programme nucléaire iranien n’a pas été la seule cible du virus Stuxnet en 2009. Les États-Unis ont également tenté de mettre à mal le développement du nucléaire nord-coréen à l’aide de ce même virus informatique, nous apprend Reuters, dont les informations ont été obtenues par des sources très au fait de cette opération secrète.

Un virus similaire de la cyber-attaque contre l’Iran, distinct en ce qu’il ne s’activerait qu’en présence de paramétrages nord-coréens, a pu être utilisé parce que les centrifugeuses nord-coréennes sont pilotées par le même logiciel que celles iraniennes. Les créateurs de Stuxnet avaient trouvé les failles de ce software développé par Siemens AG et fonctionnant sous Windows.

Centrifugeuses

Sauf que cette cyber-attaque n’a pas eu les effets escomptés. «Il faut entrer dans le système», précise à Reuters Olli Heinonen, ancien directeur général adjoint de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Or les systèmes de communication nord-coréens sont les plus isolés au monde. Par exemple, posséder un ordinateur nécessite une autorisation et ce passe-droit n’est accordé qu’à de très rares personnes –comparativement, les Iraniens bénéficient d’une liberté sur Internet considérables. Résultat: Stuxnet n’a pas réussi à atteindre le système interne de contrôle des opérateurs Siemens nord-coréens.

En Iran, en revanche, les attaques avaient abouti. L'Agence internationale de l'énergie atomique avait noté une baisse brutale du nombre de centrifugeuses en activité sur la centrale de Natanz. Le virus était capable de ralentir la vitesse de rotation des moteurs de centrifugeuses, afin d’empêcher le raffinage, et aussi de l’augmenter pour entraîner leur explosion.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Toutefois, même si le virus avait pu atteindre sa cible, cela n’aurait pas eu un gros impact sur le programme nucléaire de Pyongyang. Les experts soulignent en effet que les sites iraniens étaient connus tandis que la Corée du Nord dispose d’au moins une centrale secrète, en plus de celle établie de Yongbyon. Sans compter que le pays s’appuie essentiellement sur le plutonium et ne dépend pas autant des centrifugeuses que pour l’enrichissement de l’uranium.

Newsletters

L'avenir des entreprises françaises en Algérie s'assombrit

L'avenir des entreprises françaises en Algérie s'assombrit

Le climat des affaires n'est pas au beau fixe pour la France sur le sol algérien. Mais cette tendance remonte à bien avant l'aggravation des tensions entre Paris et Alger, début octobre 2021.

La Russie est-elle réellement sur le point d'envahir l'Ukraine?

La Russie est-elle réellement sur le point d'envahir l'Ukraine?

Des mouvements de troupes suspects sont signalés près de la frontière russo-ukrainienne. Même si Poutine veut seulement agiter la menace, ce type de situation peut tout à fait partir en roue libre.

Les Pays-Bas détiennent la solution aux inondations depuis le Moyen Âge

Les Pays-Bas détiennent la solution aux inondations depuis le Moyen Âge

Avec un tiers de son territoire se situant sous le niveau de la mer, il a fallu s'organiser.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio