Partager cet article

Les fourmis, meilleures pour gérer la circulation que les êtres humains

Fourmi géante au milieu de Main Street à Safety Harbor, Floride | Walter via Flickr CC License by

Fourmi géante au milieu de Main Street à Safety Harbor, Floride | Walter via Flickr CC License by

Les routes entretenues et empruntées par les colonies de fourmis sont un modèle de circulation: le trafic y est toujours fluide.

Pour éviter les bouchons sur les routes, les ingénieurs de la circulation devraient s’inspirer des fourmis. Et plus particulièrement de Formica pratensis, espèce qui ne connaît pas les ralentissements, et ce, quelle que soit la densité du trafic. Mieux: plus ces fourmis sont nombreuses sur les voies, plus elles se déplacent vite. C’est ce que révèle une étude publiée dans la revue allemande The Science of Nature et signalée par le Washington Post.

Ces fourmis évitent les embouteillages en ajustant leur trajectoire. Un objet sur trouve sur leur trajet? Il suffit à la fourmi qui tombe dessus de le ramasser et de le déplacer s’il est suffisamment petit afin de ne pas gêner le flux de circulation. S’il leur arrive d’entrer en collision, ces accidents de la route ne ralentissent pas les colonies. Au contraire: les insectes les mettent à profit en échangeant des informations sur le chemin à suivre et la nourriture qui se trouve au bout. À chaque espèce son constat et son Autoroute Info.

Ajout de voie

Le trafic devient dense sur les autoroutes à trois voies qu’elles ont créées? Elles se déploient alors de la voie centrale aux voies adjacentes –on apprend en effet que les fourmis doublent par la droite, à la Britannique.

Les scientifiques ont tenté de créer des engorgements, en ajoutant de la nourriture dans les zones d’alimentation et donc des fourmis sur les sentiers, rien n’y a fait… Parce que les laborieuses marcheuses avaient plus d’un tour dans leur sac: en cas d’affluence, elles quittaient la route et marchaient sur l’herbe des bas-côtés. «C’est comme si nous étions capables d’ajouter des voies lorsque le trafic s’intensifie. Ce qui serait sympa!» souligne Christiane Hönicke, un des co-auteurs de l’étude. Sympa pour les automobilistes, oui, mais pas forcément du goût des piétons en ville. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte