Boire & manger / Sciences

Le vin a goût d’urine de koala

Temps de lecture : 2 min

Les meilleurs vins comme la piquette ont en commun une substance chimique avec l’urine de koala.

Koala | CucombreLibre via Flickr CC License by
Koala | CucombreLibre via Flickr CC License by

Citron, pêche blanche, tilleul et… urine de koala. Voici une description œnologique assez basique mais correcte du Riesling. Et, non, cela ne signifie en aucun cas que le vin est bouchonné ou que vous avez acheté par mégarde de la piquette. Le vin (tous les vins en fait, et plus particulièrement les vins blancs frais et aromatiques comme ce vin alsacien) contient en effet une substance chimique que l’on retrouve également dans l’urine du marsupial, peut-on lire sur le site io9.com.

Cette substance, les anglophones l’appellent «wine lactone». En français, le terme œnologique approprié est «whisky-lactone». Issu de l’élevage en bois de chêne, ce composé apporte en particulier des arômes de noix de coco au vin. Sur io9.com, on apprend qu’avant de le découvrir dans la fermentation du jus de raisin les scientifiques l’avaient isolé dès 1975 dans le pissat de koala.

Rien de dégoûtant pour autant. Si la formule chimique est la même dans le vin et l’urine de l’herbivore australien, il s’agit de deux isomères différents. C’est-à-dire que leur structure est distincte. Ainsi, votre prochaine gorgée de vin, même si elle a un goût de noix de coco prononcé, ne pourra donc être assimilée à de l’urine de koala. Quant à celle-ci, si vous souhaitez la goûter et mener une comparaison olfactive et gustative, c’est à vos risques et périls.

Slate.fr

Newsletters

Les rillettes de morue vénitiennes, un délice d'initiés

Les rillettes de morue vénitiennes, un délice d'initiés

Les rillettes de morue et d'artichaut (on pense aux vegans) sont indispensables pour un apéro sérénissime.

Moins de viande à table, le déclin d’une passion bien française

Moins de viande à table, le déclin d’une passion bien française

Malgré son ancrage profond dans la culture française, la consommation de viande est sensiblement affectée par les enjeux environnementaux et sanitaires de notre époque.

L'ossobuco et le paradoxe des traditions

L'ossobuco et le paradoxe des traditions

Avant que l'on ne commence et une fois pour toutes: ça s’écrit «ossobuco», pas «osobuco», pas «osso bucco» et pas «ozzobuquo» non plus.

Newsletters