Partager cet article

Un créationniste canadien trouve des fossiles vieux de 60 millions d'années

Cinq fossiles très peu endommagés de poissons ont été troués dans un bloc de grès à Evanston (Alberta, Canada) | Avec l’aimable autorisation de Darla Zelenitsky, Université de Calgary

Cinq fossiles très peu endommagés de poissons ont été troués dans un bloc de grès à Evanston (Alberta, Canada) | Avec l’aimable autorisation de Darla Zelenitsky, Université de Calgary

C'est grâce à un passionné de l'interprétation créationniste des fossiles que des poissons fossilisés, présents sur Terre juste après l’apparition des dinosaures, n’ont pas fini à la poubelle.

Edgar Nernberg pense que la terre a été créée par Dieu il y a environ 6.000 ans. Dans la province d'Alberta, au Canada, il est connu pour faire du lobbying afin que les écoles publiques enseignent aussi cette version de la création du monde et il fait partie du conseil d'administration du premier musée créationniste du Canada. L'ironie du sort a voulu qu'il trouve cinq poissons fossilisés datant de 60 millions d'années alors qu'il creusait une cave avec sa pelleteuse.

Selon les paléontologistes de l'université de Calgary qui les ont analysés, ces poissons étaient présents sur terre juste après la disparition des dinosaures. Nernberg, qui les a découverts, est lui-même un amateur de fossiles mais il ne croit pas que les scientifiques puissent les dater avec exactitude. Sa trouvaille n'a absolument pas ébranlé ses croyances.

«Je n'ai pas changé d'avis. On a tous les mêmes indices, tout dépend de comment on les interprète, a-t-il expliqué au Calgary Sun. Il n'y a pas de date tamponnée dessus.»

Paradoxe

Pour le Washington Post, sa réaction montre qu'il est impossible de convaincre les créationnistes par la raison: à partir du moment où ils pensent que les principes fondamentaux de la science sont criticables, aucune preuve ne sera valable à leurs yeux. 

À LIRE AUSSI

Requiem pour Darwin

Lire

Malgré lui, Edgard Nernberg est tout de même devenu un allié de la science: en effet, un paléontologue de l'université de Calgary explique que la grande majorité des gens n'auraient jamais reconnu ces fossiles au milieu des débris. Paradoxalement, c'est donc parce que Nernberg est un passionné de l'interprétation créationniste des fossiles que ces poissons préhistoriques se sont retrouvés dans une université, et pas dans une poubelle.

Les fossiles ne seront pas exposés au Big Valley Creation Science Museum, où on peut voir des parchemins censés révéler que le roi Henri VI descend directement d'Adam et Ève et des fossiles censés prouver que le déluge de Noé correspond exactement à ce qui est dit dans la Bible. À la place, ils seront accueillis au musée Royal Tyrrell d'histoire naturelle, même si Nernberg va demander des copies des poissons pour son musée préféré.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte