Partager cet article

Qui sont les sept hauts responsables de la Fifa arrêtés à Zurich?

Sept membres de la Fifa ont été arrêtés, ce mercredi 27 mai | REUTERS/Arnd Wiegmann

Sept membres de la Fifa ont été arrêtés, ce mercredi 27 mai | REUTERS/Arnd Wiegmann

Ce mercredi 27 mai, sept membres de la Fédération internationale de football ont été arrêtés en Suisse. Ils sont soupçonnés d’avoir accepté des pots-de-vin et des commissions.

Sept membres de la Fédération internationale de football, la Fifa, ont été arrêtés tôt ce mercredi 27 mai dans leur hôtel, à Zurich, en Suisse. «Ils sont soupçonnés de corruption, de fraude électronique et de blanchiment d'argent», explique L'Équipe. Ils devaient participer à la conférence annuelle de la Fifa, ce vendredi 30 mai, mais font désormais face à une possible extradition vers les États-Unis. Le président de la Fifa, Sepp Blatter, n'est pas impliqué.

Comme l'explique l'Office fédéral de la justice (OFJ) suisse sur son site, «la police cantonale zurichoise a arrêté aujourd’hui [sept] fonctionnaires du football. L’ordre d’arrestation de l’OFJ se fonde sur une demande des autorités américaines. Le parquet du district est de New York enquête sur ces personnes, qu’il soupçonne d’avoir accepté des pots-de-vin et des commissions du début des années 1990 à ce jour».

Et si les États-Unis peuvent se mêler de cette affaire, c'est parce que, comme l'indique le New York Times, «la loi américaine donne au Département de la justice une large autorité pour mener des affaires contre des individus étrangers vivant à l'étranger –ce que les procureurs ont utilisé à de multiples reprises dans les cas de terrorisme international. Ces affaires peuvent reposer sur les connexions les plus minimes comme l'utilisation d'une banque américaine ou d'un FAI américain». Or, l'OFJ précise dans son communiqué que «des paiements auraient transité par des banques américaines».

Précisons, par ailleurs, que deux enquêtes sont actuellement en cours, comme l'a rappelé le ministère public de la Confédération suisse, sur son site. La première est donc menée par les autorités suisses et se concentre sur le choix des hôtes pour les Coupes du monde 2018 et 2022. Lors d'une conférence de presse, la Fifa a indiqué être à l'origine de cette plainte, déposée le 18 novembre.

L'autre est dirigée par le département américain de la Justice. C'est elle qui est à l'origine des arrestations de sept personnes en Suisse, ce mercredi, et de l'inculpation de sept autres pour –entre autres– des faits de «corruption, fraude électronique et blanchiment d'argent», explique le département sur son site.

Ils ont été arrêtés ce 27 mai

 

1.Jeffrey WebbÎles Caïmans, 50 ans

Jeffrey Webb est l'un des hommes les plus influents de la Fédération internationale. Tout d'abord parce qu'il est vice-président de la Fifa, mais aussi parce qu'il est le président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), l'un des six organismes qui regroupent de nombreuses fédérations suivante leur zone géographique. Comme l'explique The Independent, il avait succédé en 2012 à Jack Warner, «l'ancien président déshonoré de la Concacaf. À son arrivée, il a lancé un rapport d'intégrité et un audit sur les activités de son prédécesseur, qui a conclu qu'il y avait eu de sérieuses erreurs de direction et que des millions de dollars de fonds avaient été mal utilisés».

The Independent précise également que c'est un ancien membre du comité sur la transparence et la conformité, qu'il a demandé la publication du rapport Garcia et que Sepp Blatter avait laissé entendre en 2013 qu'il pourrait lui succéder.

2.José Maria MarinBrésil, 83 ans

L'ancien président de la Fédération brésilienne de football (il a été remplacé par Marco Polo Del Nero, en avril) et actuel membre du comité d'organisation de la Fifa pour les tournois olympiques fait également partie des personnes mises en cause par le département de la Justice américain. José Maria Marin a également été gouverneur de l'État de São Paulo entre 1982 et 1983 –alors que le Brésil était encore une dictature militaire

3.Eugenio FigueredoÉtats-Unis/Uruguay, 83 ans

Eugenio Figueredo est un ancien footballeur uruguayen, vice-président de la Fifa et membre du comité exécutif. Il est également l'ancien président de la CONMEBOL (la Confédération d'Amérique du Sud), explique le New York Times.

4.Eduardo LiCosta Rica, 56 ans

Le département de la Justice américain a donné les neuf noms d'officiels de la Fifa qui ont été accusés. On y trouve le nom d'Eduardo Li, décrit comme «membre actuel du comité exécutif de la Fifa, membre du comité exécutif de la Concacaf et président de la Fédération costaricaine»

5.Julio RochaNicaragua, 64 ans

Il est membre du comité de développement de la Fifa. Le département américain de la Justice précise également qu'il est l'ancien président de l'Uncaf, l'Union d'Amérique centrale du football, et ancien président de la Fédération nicaraguayenne de football. Il a démissionné en 2012, indique le site suisse Tages Anzeiger. C'est José Jacinto Reyes Gática qui occupe désormais ce poste.

6.Costas TakkasRoyaume-Uni, 58 ans

On sait peu de choses de Costas Takkas. Sur son site, le New York Times indique que, «selon plusieurs médias, Takkas est un ancien haut-membre de la Fédération des îles Caïmans, dont Jeffrey Webb est le président».

7.Rafael EsquivelVenezuela, 68 ans

Rafael Esquivel est le président de la Fédération vénézuelienne de football depuis 1988. Comme le précise Le Temps, «des médias sud-américains ont déjà souligné son train de vie luxueux. Il a déjà été accusé de corruption en lien avec ses activités du CONMEBOL [la confédération sud-américaine].»

Ils n'ont pas été arrêtés ce 27 mai
mais sont inculpés par la justice américaine

 

1.Jack WarnerTrinité et Tobago, 72 ans

L'ancien président de la Concacaf et vice-président de a Fifa a démissionné en 2011 «alors qu’il était mis en cause dans plusieurs affaires de corruption», précise le quotidien suisse, Le Temps.

«Il a déclaré à plusieurs reprises n’avoir plus rien à faire avec le monde du football mais se trouvait à Zurich pour le congrès annuel de la Fifa.»

Dans un post publié sur Facebook, en début d'après-midi, il s'est dit «innocent au regard accusations» qui pèsent contre lui.

 

2.Nicolás LeozParaguay, 86 ans

Nicolas Leoz est un ancien président de la CONMEBOL, de la Fédération paraguayenne et un ancien membre du comité exécutif de la Fifa. Le Temps indique qu'il n'est pas vraiment étranger à la polémique puisque «son nom a été mêlé à plusieurs affaires de corruption dans le passé, notamment en 2010 lorsque la BBC l’avait accusé d’avoir reçu des pots-de-vin lors de l’attribution des droits TV de la Coupe du monde durant les années 1990».

3.Les cinq autres

Quatre d'entre eux, Alejandro Burzaco, Aaron Davidson et Hugo et Mariano Jinkis sont des cadres du marketing sportif qui n'occupent pas de poste au sein de la Fédération internationale. Le dernier, José Margulies, «travaillait dans la diffusion mais a supposément agi comme intermédiaire pour faciliter les paiements entre les cadres du marketing sportif et les membres de la Fifa», indique le département de Justice.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte