Partager cet article

Certains travaux scientifiques (même signés Einstein) passent inaperçus avant de connaître la gloire

Albert Einstein, prix Nobel de physique | Dorfun via Flickr CC License by

Albert Einstein, prix Nobel de physique | Dorfun via Flickr CC License by

Une étude explique pourquoi certains travaux de chercheurs rencontrent un succès auprès de leurs pairs des décennies après leur parution.

On les appelle les «Sleeping beauties», les «belles au bois dormant» de la science. Des études de physique, des textes de médecine qui ne font pas grand bruit au moment de leur publication et connaissent une résurgence vingt, cinquante ou même cent ans plus tard. Ces résurrections sont bien connues du champ scientifique et elles arrivent même aux plus grands noms. L'un des textes d'Albert Einstein, coécrit en 1935 avec Boris Podolsky et Nathan Rosen, a sommeillé presque soixante ans avant d'être largement recité par ses pairs à partir des années 1990.

Une étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences propose des explications à ce phénomène. Dirigée par Alessandro Flammini, professeur agrégé d'informatique à l'université de l’Indiana à Bloomington, l'équipe de chercheurs a analysé un corpus de 22,8 millions de travaux scientifiques s'étalant sur plus d'un siècle. Pour repérer et classer les «Sleeping beauty», ils se sont appuyés sur le nombre de citations des textes dans les travaux d'autres chercheurs.

Résultat: les «belles au bois dormant» trouvent souvent écho dans les décennies suivant leur publication par le biais de nouveaux domaines de recherche. Citée par le site d'information Vox, l'équipe développe:

«Environ 80% des plus importants sleeping beauties et plus de 75% des citations sont interdisciplinaires.»

Utilité postérieure

Mais ce n'est pas la seule raison. D'autres études rencontrent le succès avec plusieurs années de décalage car leurs applications ne sont pas immédiatement évidentes. C'est le cas par exemple d'un article sur la préparation de l'oxyde graphitique paru en 1958. Il refait surface dans les années 2000, après que les propriétés du graphite se sont révélées très utiles dans l'électronique et l'informatique.

L'évolution des données statistiques est aussi parfois en jeu. Certaines méthodes ne trouvent de sens qu'avec l'apparition de plus grandes bases de données. 

Mais ces ressorts ne suffisent pas à expliquer ce qui porte soudainement l'intérêt scientifique sur un objet ancien:

«D'autres travaux sont nécessaire pour découvrir les mécanismes généraux pouvant être tenus pour responsables de l'éveil des sleeping beauties.»

Leur existance avérée permet tout de même aux chercheurs de se rêver en Van Gogh de la science.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte