Économie

Des box individuels pour dormir au bureau

Temps de lecture : 2 min

Un incubateur d’entreprises de l’université de l’Utah propose aux étudiants d’emménager à plein temps dans leur espace de travail.

Source: Yazdani Studio
Source: Yazdani Studio

Après avoir imposé au monde entier les «box» ou «cubes» de travail, ces petits espaces séparés par des cloisons dans les immeubles de bureau, les designers reviennent à la charge avec une nouvelle idée que l’on qualifiera au choix d'innovante ou de cauchemardesque.

Un incubateur d’entreprises de l’université de l’Utah propose à ses membres étudiants d’emménager à plein temps dans l’espace de travail. Il s’agit plus ou moins d’une nouvelle forme de dortoir, avec des espaces individuels cubiques dans lesquels dormir.

Boxs à coucher

Encore à l’état de projet, ces petits box (2 m3 par unité) dont Le Corbusier n’aurait pas renié le caractère fonctionnel, sont des chambres à coucher réduites à l’essentiel, explique le site Fast Company: un lit, des étagères, une table basse, une trousse de secours. Les «pods» sont installés dans l’incubateur et les étudiants disposent d’espaces communs en dehors de leur boîte: un salon, une cuisine, des salles de bain et un espace maker.

Source: Yazdani Studio

Comme l’explique Mehrdad Yazdani, le designer de Yazdani Studio responsable du développement de ces «pods», les idées peuvent venir en pleine nuit, et il serait dommage de ne pas pouvoir se lever immédiatement, réveiller ses collaborateurs et développer l’idée dans la minute... Mais «c’est un choix, admet un autre designer de Yazdani Studio. Les étudiants qui choisissent de vivre ici sont ceux qui adhèrent à cet environnement. C’est une chose que nous avons gardé en tête –ce n’est pas fait pour tout le monde, mais pour un type bien spécifique d’étudiant».

Cet aménagement n’est pas un cas isolé. En septembre dernier, le Guardian se demandait si dormir –et vivre– au bureau allait devenir une tendance. D’un côté, les grandes entreprises prospères du secteur high-tech multiplient les services aux salariés: cuisines, espaces de sieste, salles de gym, jeux en extérieur, etc., brouillant de plus en plus la frontière entre un siège d’entreprise et un camp de vacances. D’un autre côté, notait le quotidien, ces salariés sont déjà reliés en continu à leur employeur par leurs smartphones et leurs ordinateurs. Ne manque donc plus qu’un «pod» de nuit pour vivre enfin une vie 100% corporate.

Slate.fr

Newsletters

Les ultra-riches sont prêts à payer 13.000 euros de plus pour mieux dormir en avion

Les ultra-riches sont prêts à payer 13.000 euros de plus pour mieux dormir en avion

Le sommeil, ça n'a pas de prix.

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Il ne toucherait que la génération internet à l'exclusion des autres. Or, c'est bien parce que tout le monde est concerné que le burn-out mérite une réponse collective.

Newsletters