Boire & manger / Sciences

Grâce à des archéologues, on sait comment les cannibales cuisinaient la chair humaine il y a 2.500 ans

Temps de lecture : 2 min

La viande humaine était grillée ou bouillie et, surtout, elle était assaisonnée.

Molcajete and tejolote, traditional mortar and pestle of Mexico | Kostasplus via FlickrCC License by

À Tlatelcomila, un site archéologique mésoaméricain situé près de Mexico, des archéologues ont retrouvé des ossements un peu particuliers de 18 hommes, femmes et enfants ayant vécu il y a plus de 2.500 ans. Ces restes semblent indiquer que la chair a été coupée et que les os ont été cassés peu de temps après la mort de ces personnes, signes d’une activité cannibale.

Les responsables de cette découvertes en ont profité pour mener l’enquête sur la façon dont était cuisinée la chair humaine à cette époque. Ils ont publié le fruit de leurs recherches dans la revue Archaeometry.

Le site Forbes, qui rapporte les conclusions de l’étude, explique qu’ils ont dû se servir de différents microscopes et de rayons X pour comprendre ce qu’il était réellement arrivé à ces os, notamment pour expliquer leurs teintes jaune et rouge. «La grillade et l’ébullition ont été utilisées dans le rituel anthophage mésoaméricain (ou cannibalisme)», ont conclu les chercheurs dans leur article.

Cuisson

Mais ce n’est pas tout. Les os ont également été frottés avec du cinabre, un pigment de teinte rouge, ce qui explique en partie leur coloration. Car les taches rouges peuvent aussi être dues aux grillades, lorsque «le jus de viande se concentre autour de l’os et se diffuse légèrement à l’intérieur». Les teintes jaunes de certains ossements seraient dues quant à elles à une cuisson à basse température et à l’ajout d’ingrédients comme le rocou (un aromate utilisé aujourd’hui comme colorant alimentaire), une sauce piquante ou encore des chilis.

Bien sûr, le cannibalisme n’était pas limité à cette région ou à cette époque en particulier. Mais, comme l’explique Gizmodo, ce coup d’œil dans «le livre de cuisine du cannibale» indique que l’homme était cuisiné comme n’importe quelle autre viande.

Newsletters

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Le piment serait-il un pénis de substitution?

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Des adresses hautement recommandables pour faire vibrer les papilles et se réchauffer le cœur.

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

L’une des plus anciennes distilleries de whiskey encore en activité, The Old Bushmills Distillery, a traversé les siècles à hauteur d’homme et de femme, avec ses moments de gloire et ses blessures. Pour mieux le raconter dans ses bouteilles.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio