Partager cet article

L'otage américaine en Syrie Kayla Mueller a repoussé une chance de s'évader par loyauté envers une autre otage

REUTERS/Deanna Dent.

REUTERS/Deanna Dent.

Selon des informations exclusives obtenues par nos partenaires de Foreign Policy, Kayla Mueller, l'otage américano-libanaise de 26 ans dont la mort en Syrie a été annoncée en février, a repoussé une chance de s'échapper par loyauté envers une autre otage occidentale qui était physiquement incapable de s'échapper.

Le site spécialisé dans la politique étrangère, qui explique avoir deux sources à l'appui de ses informations, affirme que cette opportunité de fuite s'est présentée fin août 2014 alors que Kayla Mueller, enlevée un an plus tôt, était détenue, après lui avoir été donnée ou vendue, par Abou Sayyaf, un haut responsable de l'organisation Etat islamique. Se trouvaient en sa compagnie une adolescente de la minorité yézidie et une autre otage occidentale travaillant dans l'humanitaire, à la santé fragile. La jeune fille a réussi à s'échapper et c'est elle qui a raconté les circonstances de son évasion lors de son débriefing auprès d'autorités américaines au Kurdistan iranien. Selon les dernières informations disponibles à la fin de l'hiver, la troisième otage était vivante. La famille Mueller, la CIA et l'armée américaine ont refusé de commenter le dossier auprès de Foreign Policy.

Barack Obama avait annoncé début février la mort de Kayla Mueller, qui travaillait pour une ONG turque, dans des circonstances restées mystérieuses. L'EI a affirmé que l'otage avait été tuée dans un raid de l'aviation jordanienne, ce qu'Amman comme la Maison Blanche ont démenti (comme le rappelle Foreign Policy, cette accusation de l'Etat islamique survenait alors que la Jordanie venait d'intensifier sa contribution à l'offensive contre l'organisation terroriste). La famille de Kayla Mueller a ensuite reçu des preuves photographiques de son décès.

Les autorités américaines ont annoncé le 16 mai qu'Abou Sayyaf avait été tué par les forces spéciales américaines lors d’une opération à Al-Amr, dans l’est de la Syrie. Elles avaient expliqué quelques jours plus tard qu'elles enquêtaient sur le fait de savoir si Kayla Mueller avait été détenue chez Abou Sayyaf.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte