Partager cet article

Quand l'Etat islamique rêve à haute voix de posséder l'arme nucléaire

Photo extraite de Dabiq, le magazine de propagande de l'Etat islamique.

Photo extraite de Dabiq, le magazine de propagande de l'Etat islamique.

L'organisation Etat islamique rêve à voix haute de posséder un jour l'arme nucléaire. Dans le dernier numéro de sa revue de propagande Dabiq, le groupe terroriste publie un article, attribué à l'otage britannique John Cantlie et intitulé «La tempête parfaite», où est exposé un scénario certes encore qualifié de «tiré par les cheveux»:

«Laissez-moi évoquer une opération hypothétique. L'Etat islamique a des milliards de dollars en caisses, et il contacte sa wilāyah [filiale, ndlr] au Pakistan pour acquérir une arme nucléaire via des revendeurs liés à des dirigeants corrompus de la région. [...] Ce scénario synthétise toutes les craintes des services de renseignement occidentaux et il est infiniment plus réalisable aujourd'hui qu'il l'était il y a seulement un an.»

Le Telegraph cite notamment un extrait de l'article évoquant l'intention du groupe d'attaquer les Etats-Unis:

«Ils ne vont pas envoyer deux moudjahidines faire une dizaine de victimes. Ils vont essayer de faire quelque chose de gros, quelque chose qui ferait passer les opérations du passé pour un pet de lapin.»

The Independent, qui relaie également cet article, rappelle qu'en septembre dernier, la ministre de l'Intérieur britannique, Theresa May, avait fait part de ses craintes que l'organisation Etat islamique devienne le premier «vrai Etat terroriste» et puisse à terme «acquérir des armes chimiques, biologiques ou même nucléaires pour nous attaquer». Les craintes d'un tel scénario sont elles pour autant réalistes? Ce n'est pas l'avis du site Conflict-News, qui estime que ses chances de réalisation sont «ridiculement basses», et rappelle que les armes nucléaires pakistanaises sont stockées dans des sites extrêmement sécurisés, surveillés par les services de renseignement du pays, qui n'ont absolument aucune incitation à céder à l'EI des armes qui déclencheraient un conflit apocalyptique dans l'ensemble de la région.

En novembre dernier, Joe Cirincione, un spécialiste du nucléaire, estimait lui que ce risque n'était cependant pas nul à l'heure actuelle, et que le monde devait notamment redoubler d'effort dans sa protection des sites nucléaires. A l'époque, Barack Obama avait même été interrogé sur le sujet en conférence de presse et avait affirmé qu'il enverrait des troupes américaines au sol s'il fallait empêcher l'Etat islamique de mettre la main sur une arme nucléaire.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte