Partager cet article

Le jour où le ciel est tombé sur la tête de BlackBerry

Jim Balsillie et Mike Lazaridis, en juillet 2008.REUTERS/Mike Cassese.

Jim Balsillie et Mike Lazaridis, en juillet 2008.REUTERS/Mike Cassese.

Que se passe-t-il pour un patron quand il sent le sol se dérober sous ses pieds? Le Wall Street Journal publie un passionnant extrait de Losing The Signal: The Untold Story Behind the Extraordinary Rise and Spectacular Fall of BlackBerry de Jacquie McNish et Sean Silcoff, un ouvrage à paraître aux Etats-Unis le 26 mai.

On y voit notamment, en janvier 2007, Mike Lazaridis, le PDG de RIM, découvrir à la télévision, alors qu'il est en train de faire du sport sur son tapis de course, un reportage sur le nouveau produit d'Apple, l'iPhone. «Comment ont-ils fait ça?», réagit-il, se souvenant s'être dit que l'accord qu'avait conclu la marque à la pomme avec l'opérateur AT&T allait «faire s'effondrer le réseau». Le lendemain, il fait part de ses inquiétudes au coprésident de l'entreprise, Jim Balsillie, qui lui répond: «C'est OK, tout ira bien.» «Le produit n'était pas sûr. Sa batterie s'épuisait rapidement et il avait un clavier peu pratique», se souvient avoir pensé un de ses lieutenants, Larry Conlee. «De bien des façons, ce produit aurait dû échouer, mais cela n'a pas été le cas», conclut David Yach, le responsable des technologies de RIM. «J'ai appris que la beauté avait de l'importance.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte