Culture

Huppert-Depardieu, le couple réuni en images

Temps de lecture : 2 min

Gerard Depardieu  essayant d'embrasser Isabelle Huppert lors du photocall de «Valley of Love» à Cannes le 22 mai 2015. REUTERS/Yves Herman
Gerard Depardieu essayant d'embrasser Isabelle Huppert lors du photocall de «Valley of Love» à Cannes le 22 mai 2015. REUTERS/Yves Herman

Depuis Les Valseuses, de Bertrand Blier, en 1974, et Loulou, de Maurice Pialat, en 1980, Isabelle Huppert et Gérard Depardieu ne s'étaient jamais retrouvés à l'écran. Voici à quoi ils ressemblaient dans Loulou.

Dans Valley of Love, de Guillaume Nicloux, qui les réunit, ils jouent leur propre rôle, Isabelle et Gérard. Dans une très belle interview à Télérama, elle décrit le personnage masculin:

«Le film est totalement chargé de notre histoire, même si nous ne nous y appelons par nos prénoms que dans les scènes finales…»

Lui le personnage féminin:

«C'est Isabelle. Exactement comme elle s'est lancée dans le métier. Avec sa bonne éducation bourgeoise parisienne; avec cette rivalité avec ses trois sœurs si brillantes qui la poussait à toujours se dépasser. La même Isabelle. Une guerrière dans cette profession si cruelle pour les femmes et qui leur vole souvent leur vie. Son regard dans Les Valseuses et dans Loulou était juste plus doux.»

Le couple réuni à l'écran dans Valley of Love:

©Le Pacte

Très sous-exploités dans le film –dont on se demande comment il a pu remplacer celui d'Arnaud Desplechin dans la compétition pour la Palme–, les deux comédiens n'en sont pas moins fascinants dans ces retrouvailles.

Le public a encore eu le plaisir de les retrouver ensemble au photocall, parfaitement conformes à ce que l'on connaît d'eux. Huppert distante et digne:

REUTERS/Regis Duvignau

Et Depardieu très... gênant:

REUTERS/Regis Duvignau

Et de plus en plus gênant:

REUTERS/Yves Herman

REUTERS/Benoit Tessier

Sans empêcher Huppert de garder toute sa dignité.

REUTERS/Yves Herman

La comédienne, connue pour sa rigidité dans les images qu'elle laisse passer, expliquait dans cette même interview à Télérama: «J'aime que mon image me donne de la satisfaction, c'est vrai. Contrôler sert à ça. Je reconnais que je suis perfectionniste en la matière…» Pas sûr que ce photocall cannois lui donne entière satisfaction.

Slate.fr

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters