Partager cet article

La France finance-t-elle (indirectement ou pas) Daech? Un député veut en avoir le coeur net

Des forces irakiennes à Tikrit, en Irak, ville libérée en mars 2015 de Daech. Crédit :  REUTERS/Alaa Al-Marjani

Des forces irakiennes à Tikrit, en Irak, ville libérée en mars 2015 de Daech. Crédit : REUTERS/Alaa Al-Marjani

«Nous devons veiller à ce qu’aucun euro français ne contribue directement comme indirectement au financement de Daech

Inquiet d’un possible financement de l’organisation terroriste État islamique par l’État français, le député UMP Jean-Frédéric Poisson a déposé ce vendredi 22 mai une proposition de résolution pour que soit créée une commission d’enquête sur le sujet, craignant notamment que Paris ne lui achète du pétrole.

Qu’est-ce qui aiguise les soupçons de ce député des Yvelines? Dans l’exposé des motifs de sa résolution, Jean-Frédéric Poisson s’appuie essentiellement sur une phrase de l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak. «Malheureusement, des États membres de l’Union européenne achètent ce pétrole (...) Je ne peux pas partager avec vous cette information. Ce n’est pas une information publique», aurait déclaré Jana Hybaskova (voir la vidéo ci-dessous à partir de 3'07").

 

De quoi alimenter une belle paranoïa et faire bondir le député, qui, avec d’autres élus très actifs lors de la bataille contre le mariage pour tous, s’est trouvé une nouvelle cause dans la défense des chrétiens d’Orient. «Pas une goutte de sang d’un chrétien d’Orient ne doit couler à causer de la France et à cause de son silence complice. Il en va de la responsabilité de notre peuple de demeurer aux côtés des minorités persécutées», affirme-t-il en préambule de sa résolution.

Il ne s'agirait pas d'achats directs d'Etats ou d'entreprises mais «d'acquisitions auprès d'intermédiaires opaques», selon l'enquête de Mediapart réalisée juste après la sortie de l'ambassadrice. Une pratique opérée par des Etats européens depuis de nombreuses années selon les experts interrogés par le site internet, mais qui prend un autre visage depuis l'arrivée dans la région de l'Etat islamique.

La résolution a pour l'instant été co-signée par un autre député, Alain Marsaud. Elle doit encore être soumise à l’ensemble du groupe UMP, à la Conférence des Présidents, puis fera ensuite éventuellement l’objet d’un débat en séance publique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte