Partager cet article

L'armée chinoise vient de déclarer la guerre contre l'Internet occidental

 A Chinese People's Liberation Army honor guard company goosesteps. / Staff Sgt. D. Myles Cullen via FlickrCC License by

A Chinese People's Liberation Army honor guard company goosesteps. / Staff Sgt. D. Myles Cullen via FlickrCC License by

Elle veut construire une «grande muraille» pour protéger son internet.

Le site Quartz rapporte un édito publié dans le quotidien chinois de l’armée de libération du peuple, qui aborde l’Internet mondial et critique sans détour la domination de l’Occident:

«Si nous n’occupons pas Internet, quelqu’un d’autre le fera. Si nous ne défendons pas ce territoire, nous allons le perdre, ce qui pourrait autoriser des forces hostiles à l’utiliser pour attaquer notre tête de pont… Les forces hostiles de l’Ouest et une minorité de traîtres idéologiques dans notre pays utilisent Internet pour attaquer notre Parti, discréditer les leaders chinois, diaboliser nos héros… leur but est d’utiliser le concept de “valeurs universelles” pour nous rendre confus, d’utiliser “la démocratie constitutionnelle” pour créer le désordre chez nous, d’utiliser des révolutions colorées afin de nous renverser, et d’utiliser l’opinion publique négative pour nous faire échouer.»

Le journal de l’armée a également émis la demande de création d’une équipe de propagande pour défendre l’Internet chinois, une «grande muraille» numérique, sans préciser s’il s’adresse au gouvernement, aux entreprises ou simplement aux citoyens.

Ce qui est certain, c’est que le pays communiste bénéficie déjà de son «Grand Firewall», à savoir des dizaines de milliers de personnes dont la seule mission et de filtrer Internet en Chine, en bloquant des sites, des connexions internet, des mots clefs sur les moteurs de recherche ou en surveillant les réseaux sociaux, comme l’expliquait il y a quelques temps ABC News.

Mais cette nouvelle intervention du journal de l’armée signe, selon Quartz, le retour de la paranoïa du gouvernement chinois face aux «600 millions d’utilisateur d’Internet qui trouvent de plus en plus de moyens détournés pour accéder au réseau».

Cet édito arrive également quelques jours après la présentation de son projet de loi sur la sécurité nationale. Reuters notait alors que le Parti prévoyait d’assurer «la souveraineté» du réseau Internet», comme le note le texte du projet:

«L’Etat met en place un Internet national ainsi que des systèmes de sauvegarde de sécurité… il protège la souveraineté de l’espace Internet, et les intérêts en matière de développement et de sécurité.» Le pays se donnant pour mission d’arriver à «sécuriser Internet et son contrôle ainsi que celui des informations technologiques de base, des infrastructures clefs, des données importantes et des systèmes d’information».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte