Partager cet article

Voici le top des 10 des espèces découvertes cette année

Source: ;PLOS One

Source: ;PLOS One

Champignon inclassable, araignée qui fait la roue, poulet-dinosaure de l’enfer, poisson «crop circles»... Faute d'être toujours belle, la nature est surprenante.

Chaque année, un comité international de spécialistes de taxinomie, la discipline qui classe les organismes vivants, se réunit pour sélectionner le top des 10 meilleures espèces découvertes, sur les quelque 18.000 découvertes annuelles (si vous vous demandez pourquoi ces gens se réunissent au milieu de l’année, sachez que c’est parce que le 23 mai est l’anniversaire du père de la taxinomie moderne, Carolus Linnaeus ou Carl von Linné).

Les résultats de ce festival de la biodiversité, organisé par l’Institut international pour l’exploration des espèces (ESF), viennent de tomber... Ce top 10 ne fait pas l'objet d'un classement des experts, mais voici une sélection des animaux les plus déconcertants.

La palme de l’espèce disparue a été attribuée à Anzu wyliei, un dinosaure à plumes qu’on a surnommé le «Poulet de l’Enfer» («Chicken from Hell») non en raison de la terreur qu’il inspire légitimement avec son 1,5 mètre de haut et ses 200 à 300 kg, mais parce que trois squelettes bien préservés ont été découverts dans le Dakota aux Etats-Unis, dans un lieu appelé Hell Creek Formation (crique de l’enfer). 

Reconstitution par Mark A. Klingler, Carnegie Museum of Natural History

Autre curiosité de l’évolution distinguée dans ce palmarès, Cebrennus rechenbergi, araignée des sables du désert marocain, dite araignée qui fait la roue car sa particularité est de courir vers ses proies en faisant des cabrioles, ce qui a tendance à les intimider.

Mais l’espèce qui remporte le plus de succès est sans doute un petit poisson-boule japonais (Torquigener albomaculosus) de la famille des tétraodontidés qui regroupe les poissons rigolos ayant la capacité de gonfler (poissons-ballon, poissons-globe). Il a permis de résoudre un mystère vieux de 20 ans: la présence de cercles imbriqués dans le sable au fond de l’océan, avec des formes géométriques se répétant, évoquant des cercles de culture («crop circles») sous-marins. Il s’agit en fait d’une frayère (à usage unique), le nid dans lequel les poissons se reproduisent, puis couvent leurs œufs. Chapeau l’artiste.

Les cercles sous-marins à plusieurs stades de construction, via Live Science.

Parmi les lauréats, on compte aussi un petit champignon sous-marin découvert en Australie à 1 kilomètre de fond, le dendrogramma, organisme simple avec une ouverture en haut d’un tube, par lequel la nourriture entre et les déchets organiques ressortent. Il n’a l’air de rien, mais cet organisme a mis en échec les tentatives scientifiques pour le classer dans la nomenclature biologique du vivant, au point qu’on a envisagé la création d’une nouvelle famille...

Source: PLOS One

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte