Partager cet article

A Cannes, il n'y a pas que des films, il y a aussi des livres

«Comoara» («Le Trésor») de Corneliu Porumboiu

«Comoara» («Le Trésor») de Corneliu Porumboiu

Voici une liste non exhaustive de livres cachés dans les oeuvres présentées dans les différentes sélections.

Dans chaque oeuvre de cinéma se cachent d'autres réalisateurs: Truffaut chez Donzelli, Wes Anderson chez Sorrentino, Alain Resnais chez Joachim Trier... Mais dans la plupart des oeuvres se cachent aussi des écrivains, parfois au centre de l'intrigue, parfois placés là gratuitement.

1.Fiodor Dostoïevski 

Dans le dernier film de Woody Allen, L'Homme Irrationnel, présenté à Cannes hors compétition, on voit Crime et Châtiment, ouvert, posé sur la table de chevet d'Abe, prof de philo dépressif et alcoolique (Joaquin Phoenix). Et tout le film est une variation autour du roman de Dostoïevski.

C'est d'ailleurs un roman présent de façon récurrente chez Woody Allen, qui a commencé à s'en servir dans les années 1980 pour son film Crimes et délits. Dans Match Point, qui reprenait aussi les thématiques et réflexions du roman, on voyait aussi le personnage de Chris Wilton (Jonathan Rhys Meyers) lire la saga de l'écrivain russe.  

L'Homme irrationnel, de Woody Allen

2.Claude Lévi-Strauss

Dans Trois Souvenirs de ma jeunesse, d'Arnaud Desplechin, le jeune Paul Dédalus commence ses études d'anthropologie avec une ponte du domaine, la fictive professeure Béhanzin. Dans le cadre de ses études, Dédalus se met notamment à lire Claude Lévi-Strauss, notamment Tristes Tropiques et Les Structures élémentaires de la parenté.

Desplechin, passionné d'anthropologie, fait plus rarement référence à Lévi-Strauss qu'à d'autres auteurs du domaine, tel que son héros Devereux. Lors d'un entretien accordé à Slate, il avait expliqué que c'est parce qu'il trouve souvent moins accessible, plus difficile à lire, l'auteur de Race et Histoire.

3.Margaret Mead

L'anthropologue américaine est également citée dans le film d'Arnaud Desplechin, également lue par le héros, Paul Dédalus. Contemporaine de Claude Lévi-Strauss, elle a notamment travaillé sur la sexualité des traditionnelles d'Océanie et de l'Asie du Sud-Est.

© All rights reserved | Quinzaine des Réalisateurs | Jean-Claude Lother

4.Stendhal

Toujours dans Trois Souvenirs de ma jeunesse, Dédalus lit aussi Le Rouge et le noir, de Stendhal. Un livre que devait d'ailleurs adapter Mathieu Amalric, acteur très proche de Desplechin, en suspens pour l'instant, mais qui avait beaucoup inspiré son film La Chambre bleue, présenté à Cannes en 2014. 

5.Montaigne 

Dans Marguerite et Julien, de Valérie Donzelli, les deux personnages, frère (Jérémie Elkaïm) et soeur (Anaïs Demoustier), tissent leur histoire d'amour incestueuse dans un monde anachronique où les références littéraires abondent. Tout petits d'abord, on les voit dans une salle de classe, lire De l'amitié, des Essais de Montaigne, réciter «parce que c'était lui, parce que c'était moi».

Marguerite et Julien de Valérie Donzelli.

6.Jean de La Fontaine 

Marguerite, un peu plus grande, récite Le Loup et le Chien, référence à son sentiment d'enfermement –on ne la laisse pas vivre son histoire d'amour avec Julien. La fable raconte l'histoire d'un loup qui a faim, et envisage de se mettre comme le chien au service de maîtres. Mais se rend compte que le chien est attaché. Ce passage est dit dans le film: 

 «Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.

“Qu'est-ce là? lui dit-il. -Rien. -Quoi? rien? -Peu de chose.

-Mais encore? -Le collier dont je suis attaché

De ce que vous voyez est peut-être la cause.”

7.Gustave Flaubert

Tout au long du film de Valérie Donzelli, c'est Marguerite qui ne cesse de lire des romans, rêveuse, romantique, se languissant de son frère ou désespérée de le voir aimer d'autres femmes, envisager sa vie sans lui. Elle lit aussi ce passage de L'Education sentimentale: 

«Et il contemplait l’entrelacs de ses veines, les grains de sa peau, la forme de ses doigts. Chacun de ses doigts était, pour lui, plus qu’une chose, presque une personne.»

8.Jean Anouilh

Passage décisif du film, dans lequel Marguerite suggère –très explicitement– à Julien qu'ils ne peuvent pas nier leur amour, elle lui fait lire ce passage de L'Alouette d'Anouilh: 

«Quand quelque chose est noir, je ne peux pas dire que c'est blanc, voilà tout.»

La pièce date de 1953, et contribue commes les autres oeuvres aux anachronismes du film, censés montrer l'intemporalité de l'histoire de Marguerite et Julien.

Marguerite et Julien de Valérie Donzelli.

9.Walt Whitman

Le film s'achève sur ces vers du poète américain du XIXe siècle:

«Nous sommes des mers qui se mêlent, nous sommes 

deux de ces vagues joyeuses qui roulent l'une sur 

l'autre et s'entr'inondent. 

Nous sommes neige, pluie, froid, ténèbres, nous 

sommes chaque produit et chaque influence du 

globe. 

Nous avons fait des tours et des tours, tous les deux, 

avant de nous retrouver de nouveau chez nous. 

Nous avons épuisé tout hormis la liberté, tout hormis 

notre propre joie.»

10.Romain Gary

Mon Roi, de Maïwenn, l'histoire d'un couple destructeur, réunit Giorgio, le roi du titre («roi des connards») et Marie-Antoinette (comme la reine hein, parce que lui c'est le roi, vous suivez? <clin d'oeil appuyé>) surnommée Tony. Alors qu'ils sont séparés, qu'ils ont déjà un enfant, et se retrouvent à l'hôtel, chacun dans sa chambre, et que lui veut la récupérer, il tape à sa porte et elle est en train de lire La Vie devant soi de Romain Gary, dans une édition signée Emile Ajar.

Pourquoi La Vie devant soi? Y a-t-il un lien entre le couple Momo/Madame Rosa du roman et ce couple Giorgio/Tony? On pencherait plutôt pour une référence gratuite.  

Mon Roi de Maïwenn.

11.Novalis

Dans Youth, film laid vulgaire et profondément misogyne de Paolo Sorrentino, une comédienne (jouée par Jane Fonda) fait une apparition. Assise dans le hall d'un hôtel spa pour riches exilés fiscaux, elle discute, mascara dégoulinant, avec le réalisateur (Harvey Keitel) d'un film dans lequel elle est censée tenir le premier rôle, mais vient pour lui dire qu'elle ne veut plus le faire. Ils parlent et elle cite Novalis. Poète allemand de la fin du XVIIIe siècle. Il lui répond «Tu lis Novalis toi?» Probablement une manière d'enfoncer le clou de la misogynie. 

Youth de Paolo Sorrentino

12.Walter Scott... Ou Howard Pyle ou un autre

Dans le très joli film roumain Le Trésor, de Corneliu Porumboiu, un père a pour habitude de lire Robin des bois à son fils –quelle version? on ne sait pas... Toujours est-il que dans Robin des Bois, il existe des trésors de pièces d'or, de bijoux, évidemment retirés aux riches pour les donner aux pauvres. Et le héros du Trésor fera tout pour se montrer digne de Robin des Bois aux yeux de son fils.

13.Bonus

Dans le porno en 3D de Gaspard Noé, Love, on trouve dans l'appartement du héros, en plus des affiches de cinéma sur les murs de toutes les pièces, du t-shirt du héros marqué Fassbinder, et des collections de DVD, des piles et des piles de livres sur le cinéma... Un amoncellement artificiel au sein duquel on citera par exemple le Godard au travail d'Alain Bergala. 

On aura aussi noté l'existence d'un livre fictif.

Dans le film Carol, adapté d'un roman de Patricia Higsmith, le personnage de Therese (Rooney Mara) lit un manuel intitulé Are You Frankenberg Material? (Êtes-vous fait pour travailler chez Frankenberg?) Un manuel de savoir-vivre et de savoir-faire pour être un bon employé de chez Frankneberg, magasin de jouets dans lequel travaille Therese, et où elle rencontrera Carol (Cate Blanchett). 

Carol de Todd Haynes

Dans Mia Madre, de Nanni Moretti, dans lequel la grand-mère est professeure de latin, les références aux auteurs latins abondent. Mais je n'avais pas mon stylo pour les noter... On pourra en revanche se souvenir de cette phrase fort utile dans le débat actuel sur la réforme du collège. La petite fille demande à sa mère à quoi sert le latin, et elle lui répond des banalités comme «structurer sa pensée», «analyser les discours»... Et devant l'air dubitatif de sa fille elle sourit: «Je sais que ça sert à quelque chose, mais je ne me souviens plus à quoi.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte