Partager cet article

Todd Haynes, Jia Zhang-ke, Deniz Gamze Ergüven: qui passe le test de Bechdel?

©Jérémie Pudlowski

©Jérémie Pudlowski

Point d'étape de mi-festival: l'écrasante majorité des films ne passe pas le test.

Pas évident de trouver des films à Cannes qui passent le test de Bechdel, qui ne comprend pourtant que ces trois questions simples: 

  1. Le film comporte-t-il au moins deux personnages féminins identifiables par un nom?
  2. Ces deux femmes se parlent-elles entre elles? 
  3. Se parlent-elles d’autre chose que d’un homme?
 

Avec des films d'une misogynie telle que celle exprimée par Paolo Sorrentino dans Youth, où les femmes sont réduites à des objets sexuels dignes de la facette la plus berlusconienne de l'Italie, il faudrait plutôt évaluer le degré de sexisme des œuvres montrées pendant le Festival...

Reste qu'après les trois premiers films du début du Festival nous avons réussi à trouver trois nouveaux longs métrages qui s'en sortent. 

1.«Moutains may depart»de Jia Zhang-ke

Cette saga du très grand réalisateur de A Touch of sin, qui avait reçu le prix du meilleur scénario en 2013, a pour point de départ un triangle amoureux au centre duquel une femme, Tao, personnage principal, doit choisir entre deux hommes: Zhang, riche propriétaire d'une station-service et Liang, travailleur pauvre dans une mine de charbon.

De rares discussions entre deux femmes

Il existe d'autres personnages féminins identifiés, notamment un autre personnage très important, qui arrivera plus tard dans le film et bien plus tard dans la chronologie: la compagne du fils de Tao. Et il existe des discussions entre deux femmes, mais elles sont rares. Et elles tournent alors autour d'un homme, comme lorsque Tao, devenue riche, apportera de l'argent à l'épouse de son ancien ami Liang:

2.«Carol»de Todd Haynes

Carol est un film qui a failli ne pas se faire, racontait Cate Blanchett dans une longue interview à Variety; et pour cause: le studios hollywoodiens sont toujours réticents à financer des films dont les personnages principaux sont féminins... A fortiori s'il s'agit de femmes homosexuelles. 

Deux personnages identifiés, qui se parlent –entre autres

C'est pourtant l'histoire de ce film, adapté d'un roman de Patricia Highsmith de 1952, The Price Of Saltce qui rend le test de Bechdel plutôt facile à passer: il y a bien deux personnages féminins, identifiés, qui se parlent –entre autres.

3.«Mustang»de Deniz Gamze Ergüven

Ce premier film franco-turc, à l'instar de Carol mais de manière très différente, réussit haut la main le test de Bechdel.

Il raconte l'histoire de cinq sœurs fougueuses –comme des mustangs de l'Ouest américain, d'où le titre.

Cinq sœurs fougueuses, qui parlent beaucoup de liberté

Et dont la famille veut organiser des mariages arrangés:

 

Et qui font tout pour y résister:

Donc en plus d'être identifiées, et de se parler entre elles, ces sœurs se parlent de liberté –et de garçons parfois, et de foot, et de jeux, mais beaucoup de liberté. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte