Tech & internet / Monde

Insultes racistes et commentaires porno: comment Obama a été accueilli sur Twitter

Temps de lecture : 2 min

Dix minutes après avoir créé son compte Twitter, le président des États-Unis recevait des tweets racistes le traitant de «nigger».

Le premier tweet de @POTUS, en date du 19 mai 2015, qui a soulevé une avalanche de commentaires racistes sur Twitter | capture d'écran Twitter
Le premier tweet de @POTUS, en date du 19 mai 2015, qui a soulevé une avalanche de commentaires racistes sur Twitter | capture d'écran Twitter

Après six ans de présidence, Barack Obama vient d'ouvrir un compte personnel sur Twitter. En moins de cinq heures, @POTUS (les initiales de president of the United States) a recueilli plus d'un million de followers, un record absolu de rapidité.

Mais l'autre record, moins glorieux, est celui de la rapidité avec laquelle des messages racistes ont été adressés au président américain sur Twitter. Le 19 mai, à 11h38 du matin sur le sol américain, Obama publiait son premier tweet.

À 11h48, soit dix minutes plus tard, il se faisait traiter de «nigger» (nègre) par un internaute qui lui souhaitait aussi d'avoir un cancer. Le Washington Post rapporte que ce compte a depuis été suspendu mais, dans la matinée, une soixantaine de mentions de «nigger» (un terme à la connotation particulièrement haineuse aux États-Unis) avaient été détectées sur Twitter en réponse au tweet de @POTUS.

Le site the New Civil Rights Movement a recensé la plupart des tweets racistes, dont un qui montre le président pendu, une référence aux lynchages de noirs pendant les décennies suivant la guerre de Sécession.

Or selon les règles internet de la Maison Blanche, tous ces messages –même ceux qui parlent de «fist fucking»– seront officiellement conservées dans les archives présidentielles.

Slate.fr

Newsletters

Une police d’écriture pour rallonger ses dissertations

Une police d’écriture pour rallonger ses dissertations

Une agence marketing a créé une police qui ressemble comme deux gouttes d'eau au Times New Roman mais qui permet d'augmenter la taille de ses devoirs.

Spotify accusé de discrimination de genre par une ex employée

Spotify accusé de discrimination de genre par une ex employée

Voyages d'affaires «entre mecs», drogues, discrimination généralisée... Une ancienne salariée de l'entreprise de streaming musical porte plainte.

Facebook accusé de diffuser des offres d’emploi discriminatoires

Facebook accusé de diffuser des offres d’emploi discriminatoires

L’association de défense des droits civils ACLU attaque le réseau social en justice.

Newsletters